Comme à la maison à Alagoinhas

Comme à la maison à Alagoinhas


Afficher Brasil sur une carte plus grande

Comme vous ne le savez pas encore tous, je suis actuellement à Alagoinhas dans la région de Bahia.

Historique

Après 2 mois dans l’état de Rio de Janeiro,
Après 1 mois à Itacaré (petite ville de surfeurs) dans la région (l’état) de Bahia à tirer des photos des évènements du Che Lagarto Hostel contre logement et petit déj’,
Après 1 mois dans l’Éco-Village de Piracanga a flirter avec une communauté de personnes illuminées qui veulent construire un nouveau Monde,

Me voilà accueilli dans une petite famille brésilienne à Alagoinhas !

Rencontre à Salvador

« Mais comment es-tu arrivé dans cette petite ville me direz-vous »
Et bien c’est bien simple mes amis, voilà la réponse:

Quittant enfin la région d’Itacaré le Vendredi 26 Octobre (arrivée le Sam 25 Août), je me dirige en bus vers la cité de Salvador de Bahia (ne pas confondre avec le pays San Salvador). Là, sortant du Ferry qui fait la traversé à partir de l‘île d’Itaparica jusqu’à Salvador, je demande quel bus prendre pour me rendre dans le quartier d’une auberge de jeunesse que l’on vient tout juste de me conseiller par texto.

Avec mon gros sac de voyageur sur le dos, je choppe le bon bus, monte par la porte de derrière, et le bus repart (puisqu’il faut savoir qu’ici il y a un gars juste pour te faire payer à l’intérieur du bus, avec un tourniquet de comptage). Alors à Rio le mec avec son tourniquet est devant et du coup avec un gros sac qui ne peut pas passer le tourniquet, tu passes par l’arrière. Par contre là au Nordeste ils ont décidé d’être contrariants et ils ont mis le gars avec son tourniquet à l’arrière ! Bizarre…

Monté à l’arrache, ma tongue droite qui se détache, je me retrouve bloqué entre le tourniquet et la porte à attendre que le bus s’arrête de nouveau pour ré-effectuer l’opération inverse de Rio. Je remonte donc par l’avant, demandant au chauffeur de m’arrêter a Barra « s’il te plait monsieur ».

Deux gars à côté de mon siège m’ont apparemment entendu puisque l’un me dit: « Tu vas a Barra? Nous aussi, on te dira ou descendre;) ».
Du coup on est descendus ensembles a Barra, ils sont tenu à m’aider à trouver une auberge de jeunesse, et l’opération faite, on s’est baladé au bord de mer, soleil couchant.

Me voilá pote avec Ed (penser Eddy) et Léo ~30 ans.

A force de discussion, j’apprends qu’ils sont de cette petite ville, Alagoinhas et qu’ils sont juste venu à Salvador faire quelques achats, retournant chez eux en bus le soir-même. Nous discutons encore et ils m’annoncent que le lendemain ils participent à une célébration des Orixas (Orishas), divinités afro-américaines originaires d’Afrique. Ces divinités peuvent se manifester sur Terre lors de célébrations, en étant accueillis par un être humain auquel elles sont liés. C’est justement Ed, l’un des deux, qui va s’occuper de la personne qui va recevoir la divinité!
Me voilà intéressé, pendant qu’ils attendent le bus je leur dis que je pourrais peut-être les rejoindre le lendemain pour y assister. Ed de ponctuer par « Tu peux venir sans problème et une fois là-bas je t’héberge et tu n’aura pus à te préoccuper de rien ».

Le lendemain je quitte mon lit d’une nuit dans ce petit Hostelling International sympa et m’en vais pour passer une nuit à Alagoinhas toutes affaires sur le dos.

Arrivée à Alagoinhas

A la gare Ed m’attend. Un taxi nous ramène chez lui et je fais connaissance avec sa maman avec laquelle il vit seul depuis le décès de son papa 2 ans plus tôt.

Le soir même, nous nous rendons à la célébration Xíre en l’honneur de l’Orixa Iroko.

>>> Voir le post à ce sujet

Après cette petite soirée bien intéressante, dimanche, en discutant avec Ed et Léo qui souhaitaient que je reste plus longtemps, j’ai décidé de m’établir dans la chambre d’Ed, sur un matelas au sol, pour 1 semaine.

« Mais alors qu’est-ce qui fait qu’ils ont voulu que tu restes encore un peu ?«  me direz-vous.

La maman a tout de suite trouvé que j’ai une bonne énergie, et même si ça ne se fait finalement pas du tout par ici d’inviter un inconnu à loger chez soi, elle a accepté sans questionner Ed.

Ed n’a pas l’habitude de parler aux inconnus dans le bus, mais là ça lui est venu tout naturellement. A Salvador, il m’a offert un collier qu’il avait, représentant en quelques sortes une des divinités Orixa qui est Oxagian. Une fois que j’étais chez lui, il a trouvé que j’apportais une bonne énergie chez lui et se sentait mieux (il avait quelques petits problèmes de santé).

Léo est prof de littérature et d’histoire brésilienne et afro-américaine. On discute pas mal sur des points plus philosophiques sur lesquels il aime bien me questionner. Il est également professeur de portugais et hallucinait que je parle « aussi bien » apr´s tout juste 4 mois sans cours.

Un soir, Ed parlant à Léo sur leur air habituel de rigolade:
« Tu te rends compte,  la présence divine dans ma maison! Enfin non, il ne peux pas être divin puisqu’il pense a plein de choses ;) »

Ed et Léo sont amis depuis longtemps. Ils sont nés ici et bien que Léo soit parti 1 ou 2 ans travailler à Salvador, ils sont toujours là, à Alagoinhas. Ed tout seul elle un peu comme moi, plutôt raisonnable. Mais les deux ensembles, ils sont infernaux: 2 pipellettes !

Ces deux gars m’aiment bien, et eux comme moi allons sentir un petit manque à mon départ après-demain…

Quant à Ed avec sa mère, elle le couve encore. Enfin une bonne maman quoi. moi ça m’a fait bizarre de me retrouver là-dedans. A elle aussi ça a du lui faire bizarre que je tienne un peu tête quand elle me dit de faire quelque chose comme ça et que je lui dit que « Moi plutôt comme ça ça me va très bien. » Mais elle accepte et c’est pas méchant.

Comme à la maison

Du coup, pour enfin en venir au titre de ce post, je me sent réllement « comme à la maison » dans celle d’Ed à Alagoinhas.

On dort dans la même chambre. La maman d’Ed qui est femme au foyer nous prépare à manger le midi et le soir, des bonnes petites recettes traditionnelles genre faigão/arroz, Frango, Viande, Caruru, Vatapa…nous les pieds sous la table. Elle ne veut même pas que je fasse la vaisselle. Comme toute bonne « mama », elle me resserre presque jusqu’à ce que mon ventre pète. J’pense que j’aurai pris 1 ou 2 Kg ici :) C’est pas mon habitude.

Par exemple pour faire une omelette, c’est pas comme chez nous…
2 blancs d’oeufs montés en neige à la fourchette dans une assiette creuse. On ajoute les jaunes. On fait chauffer 2 poeles non anti-adhésives avec un bon fond d’huile et hop on balance le tout ! Ensuite on remplit de poulet et autres…A côté: des oignons frits avec un peu d’huile d’olive, des herbes, puis une bonne cuillère de beurre et de la farine de manioc pour absorber le tout. Très bon !

J’ai fait des chaussons à la mangue avec une pâte feuilletés maison, elle aurait bien voulu que je lui apprenne…

Ici je peux passer la journée sur mon ordinateur, Ed fait de même. Il joue beaucoup a un jeux sur Internet (« League of Legend » ou un truc dans le genre) – un Warcraft style. Il pense que si je suis arrivé ici, c’est pour avoir l’opportunité de prendre le temps de gérer mes photos et mon blog. C’est quand même super sympa de m’accueillir chez lui, de me nourrir, de me faire connaitre sa ville, de me payer les transports, tout ça pour que j’ai l’opportunité de connaitre, me développer et gérer mes affaires…c’est même incroyable !!!

La maman d’Ed

Elle à une soixantaine d’année et c’est une petite boule d’énergie ! Un matin on est allé au marché couvert ensemble dans le centre afin que je connaisse. Mon appareil photo à la main, elle ne me laissait même pas le temps de shooter. J’ai compris l’intérêt du mode « Automatique » ;) (voir photos plus bas)

Elle a 3 filles. 2 vivent à Salvador et 1 est ici et bosse à la poste. Elle l’appelle la « gordinha ». « Joufflue » dit Google translate, moi je dirai « petit bouboule » à la manière dont elle le dit;)
Moi elle m’appelle « criatura, criatura de Deus ». Enfin d’aprés Ed elle appelle n’importe qui comme ça.

Un soir je suis allé à la messe avec elle, pour voir ce que c’est ici. Elle y donne l’ostie quand le père termine son serment. Elle « a été formée pour ça, tout le monde ne peut pas le faire ». Après qu’elle m’ait présenté à ses amies et au père (j’étais le jeune français sorti de nul part), le père commence:
« Ce soir nous accueillons un jeune français au prénom d’origine greque, Nicolas. Nicolas, sois le bienvenue. » (petit sourire ;)

Elle s’occupe également de gérer 6 groupes d’échanges, de gens qui vont parler avec les malades à l´Hôpital ou chez eux. Elle a des réunions pour ça pendant la semaine.
C’est bien, ça l’occupe, ça donne un sens à sa vie après la mort de son mari, elle rencontre plein de gens, elle est utiles et elle a l’air heureuse!

Elle m’a montré ses « T-shirts religieux ». Les églises font vraiment de superbes impressions sur coton de nos jours.

Ce soir elle revenait du week end de pont de la Toussaint.  Elle était allé avec un groupe de 40 personnes de son église d’Alagoinhas à une église bien jolie à Lapa, pas loin. Je lui demandais comment ça s’est passé: « Quelle aventure » elle me répond. Ça avait vraiment l’air sympa. Elle m’a montré les portes clés et autres souvenirs religieux qu’elle a ramené ;) (voir les photos)

@ Ed´s

Journée avec la maman d’Ed

Souvenir de Bom jesus Da lapa

Related posts

Pour commenter sans FB c'est ici ? (laissez votre contact si vous le souhaitez)