L’Artiste et sa sensibilité

L’Artiste et sa sensibilité

°Être Artiste c’est accepter sa folie.° (Ser Artista es acceptar su locura.)

Tout artiste acceptant par là même sa folie accepte la torture liée à celle-ci.

Mais qu’est-ce que « sa folie »?
Personne n’est « normal » ! Chacun en lui a tout un monde et accepte de se conformer à des règles et concepts pour vivre en société. La « normalité » devient alors la règle du plus grand nombre. La « folie » est alors l’expression extérieure (jugée par les autres) de son monde intérieur.
Accepter d’être artiste met naturellement en marge de la normalité. Cependant c’est un fait de mieux en mieux accepté voire valorisé.

La production artistique permet d’externaliser ses sentiments, voire ses tourments personnels! Faire de l’Art ce serait alors accepter ses démons et les représenter. La discipline artistique est un véhicule.

Si en dévoilant mon art je dévoile mes démons…quels sont mes démons si j’analyse mes arts ?
La photo, le théatre, la création manuelle…
–> Le temps, les souvenirs, des situations emotionnelles, une sensibilité traduite par des courbes de métal, un agencement de cuir…

Mes derniers exemples ne me convainquent pas… sauf pour le souvenir.
Quoi qu’il en soit la création est l’expression d’une sensibilité unique. La création unique en est encore plus chargée de signification (on comprendra les collectionneurs de pièces uniques).

Pour conclure, vu que je ne sais plus ou aller, la sensibilité de l’artiste est unique et propre. Les sensibilités s’attirrent ou se repoussent. Les artistes et leur entourge égalemment. Tout artiste à l’air partiellement fou à un certain échelon.

Acheter une création artistique c’est permettre a cet artiste de continuer dans sa folie, ou dans son unicité et reconnaitre le chemin entier réalisé depuis sa naissance.

Alors que j’achetais à Rio une superbe bourse en cuir à un artisan sur le marché dit

 »Hyppie », celui-ci ne voulais pas diminuer son prix. J’ai réellement pris conscience a ce moment là que la bourse que je souhaitais acheter etait une production issue de tout son chemin de vie et que le prix qu’il lui attribuait c’était le prix de sa liberté personnelle et de sa liberté d’esprit. Le payer moins chère ce serait lui retirer de cette liberté d’esprit qui lui permet d’arriver à une telle création.
Alors oui il est passé de 150 Rs à 120 Rs parce qu’on lui achetait 5 produits , mais son prix est son prix.

Le mécennat était finalement issu de la même constation: les mécènes « sponsorisent » les artistes pour leur permettre de faire exister leur art.

Mon premier mécène a été ma Maman, que je remercie encore pour avoir sponsorisé à

hauteur de moitié le développement de mes pellicules photos, me permettant alors de developper sans trop de soucis fonciers cet art qui a pris beaucoup d’importance pour moi.

On discutera plus tard de l’antagonisme (que je vois) entre argent et création artistique…

Related posts

One thought on “L’Artiste et sa sensibilité

  1. maman

    Merci de me citer dans ce petit billet….et tu as eu aussi accès à une galerie photo personnelle et permanente dans l’escalier…!!! lol…bisous

Pour commenter sans FB c'est ici ? (laissez votre contact si vous le souhaitez)