Communiquer ou risquer sa santé ?

Capture d’écran 2013-10-15 à 14.45.31

Capture d’écran 2013-10-15 à 14.45.31La sortie d’un nouveau rapport par l’ANSES pose de nouveau une question qui n’est pas simple pour nous contemporains du téléphone portable.

Il faudrait choisir ou
– de s’opposer à un courant d’utilisation fréquent du téléphone portable  qui impliquerait de diminuer sa disponibilité, diminuer sa communication avec ses contacts (voire diminuer le nombre des ses contacts) et donc changer ses habitudes pour revenir en arrière (20 ans en arrière…),
– de continuer de téléphoner comme nous le faisons et prendre au minimum les risques mis en avant par les scientifiques, sachant qu’il sont à mon avis plus grands.

On avait déjà en tête la reconnaissance du fait que les ondes électromagnétiques


source: http://danger-des-ondes.e-monsite.com/pages/qu-est-ce-qu-une-onde-telephonique.html

(micro-ondes à faible puissance) des téléphones portables pénètrent dans notre crâne à proximité du dit téléphone, d’où des limitation sur le DAS (Débit d’Absorption

Spécifique, correspond au niveau de radiofréquence exposant l’utilisateur, en Watt/Kilo). A l’époque on avait accepté que l’utilisation prolongée d’un cellulaire pouvait entrainer un échauffement local des tissus.

On trouve sur le site senat.fr:
« Dans le cas des téléphones mobiles, la tête absorbe la moitié des micro-ondes émises par le téléphone. Il se produit un échauffement faible de la peau qui est le premier organe atteint mais les tissus plus profonds ne sont pas échauffés ( T< 0,1°C dans le cerveau) à cause de l’absorption des ondes par les tissus superficiels et la faible puissance disponible (125 mW au maximum dans la tête à 900 MHz).

Les effets thermiques sont actuellement bien décrits et compris. C’est donc sur les effets non thermiques que se concentrent les recherches. »

Aujourd’hui, l’ANSES (Agence Nationale de Sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’Environnement et du travail) délivre les résultats d’une étude des différentes recherches précédemment publiées. On lira en fait sur leur site surtout des recommandations pour effectuer d’autres études plus poussées et on se rend compte que finalement, on en sait très peu sur les effets néfastes possibles de ces ondes.

Le Parisien titre lui: Ondes électromagnétiques : pas de preuve d’effet sur la santé, selon l’Anses.
« L’Anses ne juge donc pas nécessaire de modifier la réglementation qui fixe des seuils limites mais recommande de limiter l’utilisation des mobiles, surtout pour les enfants et les utilisateurs intensifs. » (les utilisateurs intensifs ayant été définis comme utilisant le téléphone plus de 30min/jour).

« Selon l’Anses, les effet biologiques sont des «changements d’ordre biochimique, physiologique ou comportemental qui sont induits dans une cellule, un tissu, ou un organisme en réponse à une stimulation extérieure». Un effet sanitaire «n’intervient que lorsque les effets biologiques dépassent les limites d’adaptation du système biologique» ».
Les inquiétudes des association d’utilisateur sont pourtant grandissantes « notamment avec l’arrivée de la 4G. » qui exposera a priori la population 50% plus qu’auparavant (cf Le Parisien du 26.08.2013). En effet, aucune étude n’a encore été faite sur cette dernière génération de réseau permettant un débit de données 10 à 100 fois supérieur au réseau 3G. Ce réseau a le même type de fonctionnement que les connections Internet.

Liens:

pdf assez complet sur les téléphones portables, les ondes et leurs conséquences sur le site de l’ASEF (Association Santé Environnement France)
Téléphonie mobile et santé : comprendre l’indice DAS
Site du Sénat – Etudes sur les téléphones portables
Site de l’ANSES – Etude du 15 Octobre 2013 sur les effets néfastes des « Radiofréquences, téléphonie mobile et technologies sans fils »
Article du Parisien du 15 Octobre 2013, Ondes électromagnétiques : pas de preuve d’effet sur la santé, selon l’Anses.
Article du Parisien du 26 Aout 2013, Mobile : il faudrait tripler le nombre d’antenne-relais pour réduire les ondes !
Explication du réseau 4G sur Wikipédia

Related posts

Pour commenter sans FB c'est ici ? (laissez votre contact si vous le souhaitez)