Poème sur le voyage

IMG_0719_PemeVoyage_1500_cut

IMG_0719_PemeVoyage_1500_cutA Cuenca, en Equateur, là où j’ai passé 3 mois à jongler, travailler le cuir, faire des bijoux en fil de fer, suivre des cours d' »expression corporelle », cuisiner, acheter un appareil photo argentique, écrire dans le journal local, réaliser un site internet…
j’ai rencontré un jeune couple franco-espagnol qui écrivait des poèmes à la demande.

Ils étaient sur les marches principales là où tous les Hippies vendent leurs créations, passant chacun à son tour sur la chaise devant le petit bureau, à taper à la machine à écrire. Et oui, ils avaient une machine à écrire. Chaque endroit où ils passaient ils trouvaient une machine à écrire à se faire prêter ou à louer, pour pouvoir écrire ces poèmes uniques qui leur permettaient de voyager.

Le concept est sympa:
ils ne demandent qu’un thème et inventent en direct,ou bien reprennent un poème déjà rédigé s’il existe, comme l’Amour par exemple (l’Amour est un thème pas mal demandé par les équatoriens très romantiques ;).
Alexis est le premier à se visser les fesses sur la petite chaise. Il emprisonne – au rythme du temps que l’on voit passer – ses sentiments sur une page blanche entre un rouleau et une bande imprégnée d’encre. Clac, Clac, Clac ! Berta vient alors, replace le quart de feuille A4 de manière à le sur-imprimer et claque à son tour une traduction en espagnol sous les lignes de son cher et tendre.

On a rapidement fait connaissance. Ils étaient arrivés quelques jours auparavant dans cette ville où j’étais déjà depuis 2 mois. Je leur ai proposé un échange comme je les aime:
« Je vous invite à manger des pâtes à la carbo à mon hôtel contre un poème. Comme thème, ou bien (je ne sais plus quoi) ou bien le voyage.. ».

Le même soir il y avait un concert gratuit au théatre Sucre juste à côté. Je leur avait proposé de venir vers 20h, pour aller ensemble au concert puis revenir manger. Carlos, le fils d’une des 2 soeurs gérantes de l’hostel avait passé la journée avec moi et suivait l’attente du couple…Il était déjà 19h50 et le Alexis et Berta n’étaient pas encore arrivés. Carlos: « Allez, on va au concert. S’ils ne viennent pas on aura tout louper, le concert et on les aura attendu pour rien. » Et moi de continuer optimiste « Mais si, ils vont venir, on les attend ».
5 min plus tard nous étions tous les 5 dans la rue: Carlos, moi, un des guests de l’hôtel, ainsi qu’Alexis le français et sa petite amie espagnole.

Le concert n’était pas fameux et un peu bizarre. Un mélange de métal et d’actuation théâtrale qu’interprétaient à ma grande surprise une copine et son père. On est partis avant la fin et on a bien mangé.

Et voilà le poème dont je suis très content:

IMG_0719_PemeVoyage_1500

Je me souviens du début,
Me acuerdo del principio,

Plus précisément de la première nuit.
Mas precisamente de la primera noche.

Claire, je n’ai pas dormi.
Clara, no dormi.

Le « présent » m’apparaissait enfin !
El « presente » me aparecia al fin !

Je remplaçais le mot « voyage »
Subsituia la palavra « viage »

Par « évidence »…
Por « evidencia »

La métamorphose s’amorçait.
La metamorfosis empezaba.

Aujourd’hui je sais qu’il n’y a
Hoy sé que no hay

Pas de fin, que je suis devenu
Final, me converti en

Le chemin.
El camino.

Xi
Cuenca 2013
Traduccion: Ber
Voir le Blog du poète Alexis poète public

ALexisPOetePublic
Alexis et Berta à Cuenca
Source: http://poetedesrues.blogspot.fr/

Related posts

One thought on “Poème sur le voyage

Pour commenter sans FB c'est ici ? (laissez votre contact si vous le souhaitez)