Je Suis Charlie – Reportage micro-trottoir – Manifestation Populaire – Jeudi 8, Aix en Provence

DavidTribal_IMG_2996_1500

« La Marseillaise »
« Vive la liberté »
« On n’a pas peur »
« Charlie n’est pas Mort »
« Nous sommes tous Charlie »
« Charlie, je t’aime »
« Liberté d’expression »
« Charlie – Hebdo »

Au micro
« J’ai grandi avec Cabu, qui était au côté de Dorothée… »
« La France est comme ça, il faut des traumatismes psychologiques pour que l’on réagisse vraiment. C’est de la petite lutte dont on n’a pas idée. Trop laissée pour compte pour l’instant, pour je ne sais quel traumatisme. »
« Il faut garder foi en l’humanité et rester optimiste, garder le sourire
 »
« […] il nous faut ça ou la coupe du Monde »
« […]c’est plus facile d’être malheureux tous ensemble que tout seul. »
« […]pour soutenir les gens qui nous ressemblent. »
La liberté d’expression – le non-politiquement correct – de la bonne franchise culottée

Les manifestations « spontanées »

Dans la France entière on a pu voir les places principales jonchées de citoyens. J’étais sur la Place de l’Hôtel de Ville d’Aix en Provence le Jeudi 8 à partir de 18h.

RDV 18h30.

A 18h la Place était déjà pleine. Une drôle d’ambiance règne…

Les gens sont là, les uns à côté des autres, dans un léger bruit sourd d’échanges entre amis. Quelques téléphones portables dans les mains, dans l’autre une feuille noire imprimée « Je suis Charlie » ou un stylo, mais sinon, rien. Il ne se passe rien. Pas péjorativement, attention, mais rien de spécial. Les gens sont là.

Une pancarte « Je suis Charlie » se lève, se baisse, puis reste en l’air à côté d’une main brandissant un stylo.
Je note:
« Il ne se passe rien, mais les gens sont là. Qu’attendent-ils ? Je ne suis pas sûr qu’il y ait quoi que ce soit de prévu, autre que d’être là. Alors j’imagine que ce brouhaha timide va monter… »

Je me demandais si par hasard le Maire ferait un petit discours… Non.
A un certain moment, tout le monde a soulevé sa pancarte, face à la Mairie. Un photographe professionnel était sur le balcon, l’œil vissé dans son viseur.

 

Puis retentit la Marseillaise.
Le chant monte timidement et prend son ampleur avec la chorale citoyenne qui s’agrandit.
Certains grommellent qu’ils ne sont pas d’accord pour chanter la partie du sang impur… Effectivement on dirait qu’il y a un ras-le-bol global de certaines expressions.

 

Un peu plus tard je reviens sur la place. Les gens passent devant la Mairie, s’arrêtent pour lire les pancartes, rattrapent celles qui se laissent emporter par le vent. Des jeunes rallument les bougies entre deux apéros. Je vais discuter avec eux…

On peut se demander pourquoi la Marseillaise, pourquoi crier tous ces slogans avec le reste du monde, alors que soi, on ne sait pas trop ce qu’il faudrait dire… Ça soulage lorsque quelqu’un prend le micro pour faire un discours.

Pour moi, on s’en fout pas mal de ce que l’on va scander, tant que l’on ne va pas contre quelque chose, mais pour plus d’ouverture. L’important c’est que nous nous rassemblions. On en a perdu l’habitude.
On a perdu l’habitude de « juste » se rassembler. On est souvent autour d’un verre, autour d’une conférence, autour d’un prof dans un cours, autour d’un point commun à la croisée de nos intérêts. Aujourd’hui l’intérêt est bien plus interne, bien plus profond, il touche aux tripes humaines et aux valeurs fondamentales de notre société française.

Alors pas étonnant que l’on se soulève puisque autour d’un passé commun, et des valeurs que l’on nous a inculqué chaque jour, sans que pour autant nous en soyons forcément conscients. C’est l’inconscient collectif qui se réveille, qui prend le corps et le fait marcher jusqu’à la place publique, et qui ne sait pas quoi dire d’autre que « je suis là avec les autres ».

Nous voilà à réagir, prenons ce geste comme il vient, gardons optimisme et sang froid, responsabilisons-nous pour nous, nos valeurs, notre pays et ces gens avec lesquels on vit chaque jour et construit un rêve commun.

Car rien n’arrive par hasard, cette actualité est partie d’un tout, et il tiendra à ce tout de changer si l’on ne souhaite permettre ces activités.

Que tout le monde en discute avec tout le monde !
Profitons qu’aujourd’hui nous soyons tous Charlie, sans ego et sans barrières sociales.

Related posts

2 thoughts on “Je Suis Charlie – Reportage micro-trottoir – Manifestation Populaire – Jeudi 8, Aix en Provence

  1. Rivers

    Super le montage et belles images ! On se croisera peut-être demain à 18h alors comme on avait dit ;) !

    1. David Tribal

      Merci, a demain j’essaie

Pour commenter sans FB c'est ici ? (laissez votre contact si vous le souhaitez)