Survie de l’Humain, Etre grand et se diriger vers l’avenir pour changer le monde vertueusement – 3D sur France Inter

20150125_3D-StephanePaoli-Trouble-Novel-Latour-Trio

Environnement : après Lima, avant Paris

Entre écologie et économie, où trouver les solutions pour « changer le monde » lorsqu’il s’agit de la survie de l’humanité ?
Stéphane Paoli a réuni ce dimanche 3 points de vue parallèles pour poser le débat.
Il cite une génération qui fait changer le monde « car elle ne veut pas du monde qu’on lui propose ».

20150125_3D-StephanePaoli-Trouble-Novel-Latour-TrioIl conclut:

« J’ai fait un saut à l’école des Mines à ParisTech, en amphithéâtre:
97% de femmes…
Chacune d’entre elles devait donner sa vision du monde et ses projets personnels.
J’ai été sidéré et enchanté […]

Toutes, absolument toutes, étaient engagées dans un projet de société qui n’avait rien à voir avec celui qui est encore le modèle dominant.

C’est pour cela que je pense qu’il est important de dire jour après jour que ce n’est pas que le monde va changer, le Monde a déjà changé…

…et il est temps, vraiment, minute après minute d’accepter l’idée qu’il a déjà changé, et que donc ce sont ceux qui n’ont pas encore changé vont devoir changer, sans que ce soit une contrainte ou une menace, mais que la règle du jeu à chan… le monde ne marche plus comme avant.

Et il faut savoir accompagner ce monde magnifique qui est le notre
Tout ça pour vous dire que ça bouge pas mal quand même, il y en a quelques uns qui essaient d’être grands et c’est une très très bonne nouvelle. »

Diplômée en sciences économiques et multi-casquettes,  est à l’initiative de Place To B. En gros, le repère des changeurs de monde réalistes sur Paris. Un lieu de créativité, divertissement et remise en question des schémas établis. Le « futur » bon endroit pour « refaire le monde ! » ;)

Place To B pour « Il n’y a pas de planète B » – RER B menant au Bourget – Bloggeur – Bottom Up – …

pour les bloggeurs, dessinateurs, photographes, programmeurs de jeu ou d’applis, infographistes; …tous ceux qui participent à la création d’un récit par leur façon de s’exprimer.

« Pour avoir beaucoup réfléchis à ces propos de collaboration, coopération, co-révolution […] on a bien conscience aussi que l’on ne peut arriver à rien de grand si l’on n’arrive pas à travailler ensemble. […]
La société civile prouve aujourd’hui déjà, […] dans le « faire, dans l’action », que c’est ensemble que l’on arrive à trouver des solutions. »

« …partout dans le monde la société civile est en train de s’organiser […] et c’est en faisant ensemble que l’on pourra faire masse. »

« On arrive a cette phase aujourd’hui où la déconnexion est telle entre cette société qui s’organise et les structures étatiques, ou scientifiques, ou économiques… ne trouvent plus de réponses ou ne savent pas entendre ça, on est dans cette phase ou l’on doit apprendre à collaborer entre ces deux strates de la société.

On y vient en fait, on a la chance de pouvoir vivre ça aujourd’hui. De vivre cette période. Aussi difficile soit-elle, parce que c’est douloureux d’accoucher de quelque chose. Ce nouveau monde dans lequel on doit se plonger aujourd’hui, on est en train de l’inventer et c’est ça qui est passionnant, c’est ça qui me porte dans ce que je veux faire. »

Note de citations:
L’apocalypse a du bon puisqu’elle dénote d’une conscience d’un changement dans le temps et que c’est un thème historique. Il y a un rapport à l’espoir. Étymologiquement: Apocalypse = « Révélation » et Crise provient du verbe krinein = discerner, juger -> réflexion, mise à plat.
Romain-Trouble

a passé 7 mois en mer à récupérer les matières plastiques qui y flottent avec son bateau Tara.

« Envie, prise de conscience, qu’est-ce que l’on fait pour que demain ça change ? »
« Dans ma génération […] peu envisagent d’avoir une carrière 50 ans dans la même entreprise, c’est une vision plutôt entrepreneuriale: qu’est-ce que j’ai envie de faire de ma vie ? »

Bruno-Latour

Professeur à Sciences Po, acteur du changement de point de vue.

Répondant à: Avons-nous déjà changé ?
« L’événement (du changement) est derrière nous. […]
On a toujours su ce que l’on était en train de faire, et on est rentré dans ces événements, les yeux non pas grand ouvert, mais grand fermés.[…]
On doit […] trouver des solution à des événements qui sont derrière nous. »
Emission du dimanche 25 janvier 2015 en direct et en public du studio 621 à Radio France       Avec 

  • Anne-Sophie NOVEL : 
  • Romain TROUBLE : secrétaire général de Tara Expéditions
  • Bruno LATOUR : professeur à Sciences Po Paris, directeur du médialab et du programme SPEAP (expérimentation en arts politiques)

Assistez à l’émission de Stéphane Paoli

Related posts

One thought on “Survie de l’Humain, Etre grand et se diriger vers l’avenir pour changer le monde vertueusement – 3D sur France Inter

  1. Pascale kaplan

    Ah enfin, çà fait du bien d’entendre çà à la radio ! D’entendre qu’on n’est plus les seuls à penser tout çà et qu’on va pouvoir être aidé par le « groupe » à diffuser tout çà…
    Parce que çà n’est pas facile de « prêcher » dans le désert…
    Heureusement pour nous, ce n’était qu’une question de temporalité dans la tête des gens…
    Mais combien çà prend de temps pour en arriver là et combien il faut prendre de coups sur la tête pour réaliser tout çà ! Toute une psychothérapie quoi…donc on ne peut pas sauter les étapes mais les comprendre et les vivre car c’est çà qui crée le sursaut et la prise de conscience…
    Bon, je crois qu’on s’est évité des choses car on aurait pu plus souffrir encore…
    Donc, oui tout çà c’est grandir, prendre conscience de ses responsabilités et choisir d’aller dans le sens vertueux des choses, après tout cet égocentrisme commercial et galopant, cet individualisme forcené mais subi aussi par tout le monde car manipulé de main de maître par le business…
    Il fallait pouvoir dire stop et c’est ce qui se passe…
    Alors, chacun doit s’y mettre en y réfléchissant et en faisant marcher sa créativité, son imagination, pour inventer ce qu’il pourra faire autour de lui pour donner forme à çà, par des petits ou des grands pas, mais chacun à sa manière…chacun a sa part à faire.
    C’est un peu comme le colibri qui veut éteindre l’incendie avec sa goutte d’eau…
    Il fait sa part, même si çà paraît si peu, mais il la fait et çà peut tout changer autour de lui car il est vu de tous, il n’est pas seul…
    Et nous sommes tous en relation, c’est la force que nous découvrons en ce moment pour changer les choses et que nous nous réapproprions enfin.

    Et le mot crise, en chinois, veut dire aussi « occasion de changer » ! Tout un programme…

Pour commenter sans FB c'est ici ? (laissez votre contact si vous le souhaitez)