Voyager – En soi une bonne manière de découvrir un monde

LaVieEstUnVoyage-DavidTribal-cut

DavidTribal_Voyager_1500Voyager:

changer de système de valeur

pour prendre du recul,

ouvrir le champ des possibles,

mettre en perspective,

prendre conscience,

et mieux construire.

Court avant propos:

J’ai effectué 2 années de classes préparatoires aux grandes écoles de 2004 à 2006.

AM_ParisTechJ’ai réussi le concours d’entrée aux Arts et Métiers et en ai obtenu le diplôme 3 ans et demi plus tard, en 2010.
EMLEn 2012, j’étais diplômé d’un Master spécialisé en Entrepreneuriat par l’EM Lyon.

DavidTribal_01_NK_1500

Après 10 mois de travail, je suis parti voyager pour une durée indéterminée.
Les raisons de ce départ seront développées dans un autre post.
Toujours est-il qu’1 an et demi plus tard, j’étais là, à l’ambassade de Lituanie, à Paris…

…et 16 nouveaux mois après j’en publie les images.

Si vous souhaitez en savoir plus, voilà la petite histoire et ma philosophie développée…

Cuenca, Ecuador, le 25 Juillet 2013

Alors que cette date m’était probablement totalement inconnue (le temps ayant pris une toute autre valeur), je me connectais ce jour là au réseau wifi d’un magasin à côté, assis dans les escaliers en bois de mon Hostal (Auberge de Jeunesse).

DavidTribal_01_HostalMajache-2_1500J’étais peu présent « en ligne » mais cette fois-ci, une pensée m’avait traversé l’esprit et je la notais sur mon profil social:
20130725_People
J’obtins tout de suite un écho au delà de quelques « Like »:

 « Salut Niko! Je lis ton post sur « les gens sont partout pareils » et tilt!

Je co-organise le 19 octobre une journée de sensibilisation destinée aux lituaniens arrivés en France sur ce que représente vivre et travailler en France, comment s’intégrer/ réussir ici…

Je me suis dit que tu serais juste un excellent!!!!! Guest pour partager tes réflexions sur ce que tu penses maintenant être la France… Est-ce que c’est envisageable??? Serais-tu rentré? Vidéo conf par skype?? (Overexcited sur cette idée) Tell me!! Bisous de Paris! Et j’espère que tout va bien pour toi? »

C’était mon amie Vilma, rencontrée 2 ans auparavant lors d’un cours de théâtre d’improvisation aux « Frigos » à Paris. Nous nous écrivons parfois pour pousser les questions de la vie ensemble.

Je lui réponds quelques jours plus tard, alors qu’entre temps j’ai pris ma décision de rentrer de ce voyage à durée indéterminée:

« Héhé, coucou Vilma. Dis-donc, tu organises des trucs maintenant ? Bien impliquée. C’est cool en tout cas ton projet.

Pour ta question, le 19 octobre je pense être rentré et ce sera un plaisir de t’accouder dans ce projet. Faudra peut etre que je pousse la réflexion plus loin pour etre conséquent, mais sinon jme sens capable de répondre à quelconques questions. Encore faut-il que ça intéresse l’auditoire.

La question de l’immigration, des frontières et de l’identité d’un pays est très complexe de ce que j’ai pu y réfléchir….

Je te tiens au courant de quand je rentre quoi qu’il en soit. Tu m’expliqueras mieux.
Et tout va bien à Quito, Capitale Equatorienne. Juste encore difficile de bien manager mon temps d’européen. « 

 

 Le 19 Octobre 2013, nous voilà donc à nous retrouver à l’

Ambassade de Lituanie à Paris
22, bd de Courcelles dans le 17ème.

AmbassadeLituanieParisC’est une journée organisée par « La Jeunesse Lituanienne de France » sur le thème

« Le contexte du marché du travail en France« 

Petit Flash-back…

Monté en voiture la veille avec ma maman, nous nous étions arrêtés aux Urgences de l’Hôpital d’Auxerre car je souffrais d’un drôle de malaise. Une infection originale avait commencé à grignoter mon mollet, d’un trou de la taille d’un Doliprane et ça ne guérissait pas.

Voilà pourquoi…

Arrivé à l’ambassade de Lituanie, je ressors tout de suite acheter des médicaments à la pharmacie. Je me sens très mal, près à tomber…je fais la queue… La pharmacienne enfin face à moi. Je lui dis le plus calmement possible:

 « Bonjour, pourriez-vous me donner quelque chose tout de suite pour me soulager, je me sent très mal, j’ai de la fièvre… » je vais m’assoir.

 De loin celle-ci ne bouge pas et m’interroge sur ma carte vitale, mon ordonnance… je m’énerve un peu:

« Je vous ai demandé de me donner quelque chose qui me soulage, vous ne voyez pas que je vais mal..? ».

(J’étais dans un état très bizarre.)

Bon enfin, elle m’a fait acheter des choses dont je n’avais pas besoin et suis sorti 16€ en moins, dégouté du fait que celle-ci ait été plus attentive à se mettre un grand décolleté ce matin là, qu’à porter assistance à une personne malade qui n’a pas l’air bien…

 De retour à l’ambassade de Lituanie, ne me sentant pas mieux, je préviens Vilma que j’aurai peut-être du mal à faire face… mais fais confiance à mon système pour tenir tête et me balancer un peu d’adrénaline. Ce qu’il fit.

De 12h à 14h – Présentation de mon voyage

La Vie Est Un VoyageRetour de 16 mois de voyage, dont 15 en Amérique du Sud

Des lituaniens francophones entre 25 et 35 ans sont venu assister à une journée de mise en perspective de leurs recherches d’emploi par rapport au contexte de notre pays. Quelques autres personnes sont là. L’ambiance est décontractée mais professionnelle. Une trentaine de personnes dans la salle luxueuse de l’ambassade.

 Moi, je suis rentré il y a un mois, suis donc toujours plein de confiance en moi et totalement dans mes nouvelles idées d’ordre philosophico-artistiques.

 Face à eux, avant de commencer je grelotte, n’ai plus d’énergie. J’enfile mon blouson en cuir et commence, lancé par Victorija.

Début de la projection

On commence par une projection d’un court récapitulatif de mon périple en photo puis on continue avec des questions de l’auditoire pendant une bonne heure.

Ce qu’il s’est passé se trouve dans la vidéo. La philosophie poussée durant mon voyage et notée dans mes carnets s’est présentée à cette occasion sous la forme mise en écrit ci-dessous.

Les 20 points s’y retrouvent, liés

1. Voyager en soi
2. Prendre le temps
3. Le voyage, un prétexte pour se recentrer

Le fait de partir en voyage peut être un prétexte pour prendre le temps de se recentrer sur soi.

On découvre le vaste Monde et sa différence par rapport au connu et à l’escompté.

6. Se découvrir par projection à l’extérieur

En découvrant ces choses inconnues à l’extérieur, et en portant attention à ses réactions et ses ressentis personnels, c’est un voyage en soi que l’on effectue. On découvre notre positionnement dans des situations inconnues diverses à travers notre capacité d’adaptation, d’improvisation et notre créativité.

4. Lâcher prise de ses valises
7.    S’affranchir du « bruit » environnant, passer sous les couches de l’éducation,  des croyances,  des influences externes…

Ce voyage commence par un lâcher prise par rapport à l’habitude et à tout ce dont nous charge notre environnement et qui ne nous appartient pas. Loin des contraintes et influences habituelles, on peut se défaire d’une partie de notre éducation, bien obligé de revoir nos croyances qui n’ont parfois plus court là où l’on se trouve.

8. Indicateur absolu: Valoriser l’humain 

Un repère absolu perdure cependant, afin de ne pas perdre pied sur le bon et le mauvais et savoir à quoi s’en tenir: la valorisation des rapports humains.

9.    Prendre soin de soi

Notamment en commençant par le rapport à soi-même qui consiste à prendre soin de soi en premier lieu, afin d’ensuite pouvoir se tourner vertueusement vers l’autre.

En voyage le confort prend de bons prétextes pour devenir plus succinct. Prendre soin de soi peut alors être ramener à sa plus simple expression: dormir, manger, ne pas se sentir en insécurité.

10. Être ouvert et attentif à ce qui arrive, donner de la valeur aux signes

 L’ouverture à l’autre et le compromis sur le confort commence par le fait d’être ouvert et attentif à ce qu’il se passe à l’extérieur et à l’intérieur, et ainsi donner de la valeur à ces signes en apprenant à leur attribuer leurs significations.

11. La vie est un voyage
12. Qu’il est bon de vivre en étant soi (ne pas se conformer par facilité ou reproduction)

 « Celui qui est pressé, il est déjà mort »

dit un proverbe berbère

La vie est un voyage et le voyage est la vie. L’important étant le parcours du chemin et non le point d’arrivée, il me semble préférable de vivre sa vie en étant soi, et non en se conformant aux envies ou aux peurs des autres par facilité ou reproduction.

13. Tout est relatif, la notion de développement notamment

Le confort, l’envie, la peur, tout est relatif à chacun, telle que la notion de développement l’est également pour les pays.

14.    S’adapter

L’important est de savoir s’adapter en fonction des données externes, et non d’attendre que le grand Extérieur s’adapte, c’est illusoire. Nous sommes partie d’un tout qui a besoin de nous pour fonctionner convenablement.

15. Revenir aux fondamentaux, à l’essentiel, pour fonder son propre système de valeurs afin d’être indépendant, intègre, faire preuve de discernement, et être responsable (revenir aux besoins fondamentaux)

C’est pour cela que plutôt que de fonder ses réactions sur des idées pré-conçues (= conçues auparavant, et donc dans des conditions qui n’appartiennent pas au présent), il est plus intéressant de s’appuyer sur des schémas fondamentaux adaptables en fonction du contexte.  La différence étant que le schéma est la structure du raisonnement qui a mené à l’idée ;)

D’où l’intérêt pour soi-même d’être éduqué à des valeurs essentielles nous offrant indépendance, stabilité et intégrité, ainsi que discernement et responsabilité.

16.    Tout est lié. Les choses ne sont pas cloisonnées. Les seules vraies limites sont celles que l’on se met

Puisque tout est un tout, que les limites matérielles ou immatérielles ne sont pas si tangibles que ce qu’il y paraît, puisque tout est lié et en inter-dépendance, alors les seules limites sont celles que l’on se met, et il ne reste plus alors qu’à aller de l’avant. Entreprendre sa vie, et s’adapter en fonction du contexte à partir de ce que l’on est.

17.    Faire en fonction du contexte et se responsabiliser pour ses choix face aux compromis
18.    L’influence de l’entourage

Faire en conscience des compromis tout en se responsabilisant pour ceux-ci. Personne d’autre ne le fera à notre place, tout comme personne ne parcourra notre chemin à notre place. Ce périple de vie est à nous, pas à notre entourage. Chacun sa route, chacun son chemin, tout en restant dans une dynamique vertueuse envers son environnement (bienveillance, non-jugement, ouverture, …).

19.    Faire des choses qui ont du sens pour soi

Tout ce qui vaut réellement est que cela nous donne envie, ou encore, ait du sens pour nous. Sinon, ne vous y forcez pas.

Mais faites bien la distinction entre ce qui s’oppose à vous, et les difficultés que vous vous faites. Car la frontière est fine, mais l’un vous appartient et l’autre non. Là où le premier est à contourner, le second vous construira si vous le dépassez (sortir de sa zone de confort). Alors comment faire la distinction, ou plus globalement comment savoir ce qui a du sens pour soi ?

Il n’y a pas de solution toute faite, elle appartient évidemment à chacun. Le bon point c’est que chacun d’entre nous a également la boussole adaptée à son chemin. Il lui suffit de se dépolluer des croyances qu’on lui a fait porter, de se faire confiance, d’être sensible, et de donner du poids à ce qu’il ressent.

20.    Pour savoir ce qui a du sens pour soi, avoir confiance en soi et écouter ses ressentis

Chacun pourra aiguiser ces capacités à se sentir dans diverses situations en portant attention à ce qui ressort de celles-ci, à son positionnement dans l’action, à ce qui lui plait ou ce qui lui déplait. On peut, par exemple, noter ces ressentis qui n’ont pas forcément grand intérêt sur le moment même, et répéter ce genre d’opération à diverses reprises. En revenant sur ces notes à postériori, à une distance temporelle plus ou moins longue, le point de vue sur ses propres agissements a évolué. Cela permet d’identifier des schémas directeurs qui semblent régir notre comportement.

On apprend à se connaître.

 Une autre manière consiste à écouter attentivement ce que les autres nous renvoient de nous (notion de « miroir des autres »), à différents instants et de mettre ces images en confrontation pour les recouper et tenter d’en déduire ces points qui nous caractérisent.

  1. Se mettre en condition, dans l’expérience et voir ce qu’il en ressort,
  2. Ecrire et revenir à postériori, avec un oeil neuf, extérieur à la situation,
  3. Etre à l’écoute de ce que nous renvoient les autres,

 3 manières donc, de mieux se connaitre et apprendre ce qui fait sens pour soi.

 Ainsi  on sera capable, le plus souvent possible,

  • d’être soi-même,
  • d’affronter les difficultés
  • et de prendre les enseignements de ses échecs,
  • tout en faisant preuve de créativité pour rebondir,
  • puis d’à nouveau prendre du recul,

et faire de nouveau choix en conscience !

3 règles cependant dans cette vie:

Ne faire souffrir personne, ni même soi, et construire.

De tout manière en avançant d’instant présent en instant présent, l’on construit quelque chose indéniablement, quoi qu’on en pense. Le troisième point… ça attendra.

Quant au voyage, il n’appartient qu’à nous, et nous seuls sommes capables de le cerner dans son infini complexité. Le monde tourne de l’infinité des voyages de chacun, entrant en coïncidences continuellement, mais ne se confondant jamais pour un temps non-fini. Tous un, mais tous différents, en interaction continuelle pour le plus grand bonheur de chacun. Il serait certainement plus rassurant de se dire que l’on n’est pas tout seul dans ce voyage, et c’est le cas, mais chacun le voit à sa manière, et entend en faire ce que bon lui semble. Notre subjectivité apparait parfois comme un cadeau empoisonné, mais il est tellement plus intéressant, grisant, vivant, d’être tous différents.

Après, à chacun de se responsabiliser pour ses choix et en accepter les compromis.

Mon expérience

J’ai pour ma part, pour le moment, décidé de rester libre (liberté toute relative) et indépendant et de rechercher une application qui ait du sens pour moi. Cette dernière se fera connaître le moment venu, ou peut-être y suis-je déjà … ;) c’est rassurant.

Quoi qu’il en soit, je ne souhaite pas me contenter de regarder ma vie passer.

Une philosophie de vie

  • Être soi-même
  • Prendre les enseignements de ses échecs et faire preuve de créativité pour rebondir !!!
  • Prendre du recul en voyageant au travers de découvertes dans les livres, les films, la musique tous divertissements culturels… ou alors en se prenant pour sujet d’étude par l’écriture par exemple.

Apprendre à mieux se connaître en posant les choses et en identifiant des constantes,  des schémas personnels.

  • Faire ses choix en conscience

L’expérience du retour de voyage

« En revenant on essaie de ne pas perdre ce que l’on a construit en voyage »

« On peut nier soi-même ce que l’on a vécu, par simplification »

« Le rapport à son voyage devient très personnel, du fait que  personne ne puisse comprendre ce que l’on a vécu »

« Je ne souhaite pas reprendre un travail alimentaire routinier tel que je le conçois à ce jour qui ne me laisserai pas le temps de progresser sur des questions plus fondamentales. »

« Rester Libre et Indépendant ou s’investir dans une tâche qui ait du sens (pour soi), pour ne pas se contenter de regarder passer sa vie. »

 » Je suis revenu en France car je crois en mon pays et ai envie de faire pour lui ce qu’il me paraitrait plus vertueux de suivre « 

En lire plus sur le voyage et le retour:
Voyager: aller vers l’inconnu – Mais pourquoi ?
20150206_Voyager-Pourquoi-Davidtribal

Mon parcours initiatique de voyageur

WhereIveBeen_DavidTribalMon CV

CV NicolasKaplanRemerciements

Merci

à Vilma Narkute

Pour m’avoir invité à intervenir durant cette journée sur « Le contexte du marché du travail en France » avant même que je ne rentre au pays, et qui me suit dans mes réflexions de vie…

Elle: Coach professionnel @ renewsense.com

et à Viktorija Gecyte

Pour l’organisation et ses questions.

Elle: Project Manager @ EuroBusiness Media President of the Lithuanian Youth Association of France & Jazz Singer

ainsi qu’à

Jean-Marc Ambroise – President & founder @ marksens.com

et

Thomas Emmanuel Gérard

Collective Intelligence Facilitator & Executive Coach @ mindfulintelligence.com  …pour leurs questions

et enfin à

Julien pour la vidéo et ses questions

et  à

L’ambassade de Lituanie  et son équipe pour l’organisation et l’accueil

 

Related posts

Pour commenter sans FB c'est ici ? (laissez votre contact si vous le souhaitez)