Comment un Photographe vend ses photos ? – Mariage

IMG_0153_Nicolas-kaplan_1200

Je rentre chez un petit vendeur parisien à la recherche désespérée d’une bière et de quelque chose à manger pour l’apéro sur les quais avec des potes. On discute, lui, moi, et un client.

IMG_0153_Nicolas-kaplan_1200« Vous êtes quoi? Cameraman ? »

« Non, photographe, mais vidéaste aussi, oui. »

« Mais vous les vendez à qui vos photos ? »

Ha, voilà une question que je me suis moi aussi posé à plusieurs reprises. J’ai commencé ma réponse comme cela, puis ai continué avec mon exemple:

Et bien là je suis là parce qu’un soir, j’ai pris des photos pour un bar pour pas chère. Ca me faisait plaisir. Lui, il m’a demandé parce qu’il sait que je fais de la photo.

Ce soir là j’ai pris en photo deux jeunes filles avec lesquelles j’ai discuté un peu.

Presque 2 ans plus tard, l’une d’elle m’a contacté pour me demander si je pouvais faire les photos pour un mariage…

Elle a présenté des sélections de photo que j’ai faites aux mariés, et me voilà !

On met le doigt sur plusieurs comportements que j’empreinte depuis quelques temps maintenant:

  1. Je fais ce qui me plait et laisse les gens l’apprécier comme ils le souhaitent.
    C’est à dire que je prends le risque de faire les choses comme je le sent et laisse faire les choses pour que cela touche la sensibilité de quelqu’un.
    -> La création désintéressée
  2. J’essaie de faire en sorte que les choses coulent, d’offrir mes services au bon prix, pour qui le mérite (le prix) (c’est subjectif). C’est un compromis entre parties.
  3. J’essaie d’être présent, même aux personnes que je photographie durant une soirée
    Je discute, m’intéresse et partage l’ambiance, ce qui me permet de nouer avec les gens.
  4. Je parle plusieurs langues pour avoir voyagé
    Ce qui m’a permis de discuter avec ces demoiselles polonnaises
  5. J’ai exposé mon travail, non sans difficultés, en triant mes photos et fournir un aperçu de ce que j’ai fait jusqu’aujourd’hui sans avoir besoin d’y réfléchir du tout. Je l’ai mis sur un site internet codé avec l’aide d’un cours financé par la Région via Pôle Emploi, grâce aux rendez-vous sympas que j’ai eu avec ma conseillère Pôle emploi qui me fait la bise maintenant ;)
  6. J’ai un travail à montrer… (fait moins cher, pour des amis…)
  7. etc…

Tout plein de petites choses en fait finalement…

Et puis il y a la confiance en soi, pour se dire que

« Demain, tout ira bien, même si je n’ai aucune idée de ce qu’il va se passer… »

En fait, ça ne s’invente pas, et ne se reproduit pas par volonté… il est préférable d’habiter une manière d’être: celle que l’on est naturellement. En faisant cela, j’imagine qu’il ne m’arrivera que ce qui doit m’arriver.

Ca dépend de chacun…suivre les petits indices en avançant petit à petit, aligné avec ce qui fait sens pour nous, même si c’est différent des autres. C’est pas facile, mais j’ai la sensation de vivre ma vie.

Je vois qu’avec mes clients, nous nous retrouvons en contact pour avoir des points communs divers.
De plus, il semble que pour eux ma philosophie de vie a au moins autant d’importance que mes photos.
Et un point commun qu’ils ont entre eux, c’est de vouloir des photographies de mariage

Fun et Décalées !

Moi qui ai fait du théâtre, du théâtre d’impro, ai organisé des soirées BDE, fait des arbres droit partout, ai envie que la vie soit cool… nous y voilà. Reste plus qu’à assurer côté technique…avec mes 15ans d’amateurisme…

Note: je suis retombé sr cet article par hasard ce soir, il parlait déjà de cette idée

Related posts

Pour commenter sans FB c'est ici ? (laissez votre contact si vous le souhaitez)