Tex Avery – « L’imagination la plus folle et la plus géniale »

tavery

tavery

Ce matin comme à l’accoutumé d’antan, j’ai envie de prendre mon bol de céréales devant un dessin animé Tex Avery !

Ça_cartoon_1995_logo

Ce n’est plus la télécommande que je cherche partout dans le salon,
ni une cassette vidéo à passer sur mon écran cathodique que je tente de retrouver sur l’étagère avec l’étiquette dont je me rappelle bien…
Je sais que le Ça Cartoon a été enregistrée un dimanche soir, alors que mon père sortait du bain,
juste après l’enregistrement du défilé du 14 Juillet, et avant la première partie de Jurassic park
(on avait du changer de cassette au milieu du film, elle ne faisait que 94min)
non,
ce sont juste 2 champs de recherche que je renseigne d’un
« youtube » puis d’un « tex avery« .

Le deuxième encadré attire mon attention:
« Tex Avery Un univers en folie » avec une image de l’écureuil fou.

Capture d’écran 2015-07-15 à 11.13.37

Je clique puis lance la vidéo.

Je comprends rapidement qu’il s’agit d’une rétrospective sur la vie et l’œuvre de Tex Avery, (en fait Frederick Bean Avery).

41min de vidéo que j’ai pu prendre le temps de regarder.

Je redécouvre le lien entre moi, dans mon canapé à absorber ces gags et univers de folie, et ce Texan venue à la capitale pour exprimer sa folie créatrice, au sein de grands groupes du cinéma Hollywoodien soumis au marché.

J’apprends d’où ces personnages viennent, dans quel contexte, et du coup dans quel cadre, ce que j’ai accueilli déjà cuit, a été généré.

A regarder cela, je prends conscience de la manière dont ces univers ont pu m’influencer.
J’y redécouvre notamment une influence sur une pub d’aujourd’hui:

Schweppes, What did you expect ?

Certainement reprise de Droopy ou d’un autre personnage, surpris à faire quelque chose d’attendu, mais pas trop.

140248Tex Avery a forgé mon enfance.

Ca me parait assez fou maintenant, de me dire que nos parents nous ont mis devant ça: un condensé de folies furieuses portée par des animaux. Ça me rappelle un certains Jean de La Fontaine tiens, avec toutes ces allégories.

C’est vrai que même aujourd’hui, ces cartoons de Tex Avery (1908-1980), mélangés aux sketches des Inconnus, à la Nulitude (1987-…) de La Cité de la peur (1994),  les blagues gravées dans l’inconscient collectif de Coluche (1944-1986), les écrits de Pierre Desproges (1939-1988), j’en passe et des meilleurs…, tous ces gros délires collectifs, soulignés de l’humour et des blagues de mon père, m’ont impacté !

Peut être cette utopie que j’ai en tête, d’un monde plus joyeux, rigolo et décrispé, y trouve ses racines…

Related posts

Pour commenter sans FB c'est ici ? (laissez votre contact si vous le souhaitez)