JH, 29 ans, cherche colocation de ses rêves

JH, 29 ans, cherche colocation de ses rêves

Pour le troisième jour consécutif, je rentre de Marseille à moto après avoir visité une coloc.

C’est toujours une aventure que de visiter des colocs. Tout comme ça doit en être une autre de visiter des appartements seul, et comme s’en est une de déménager tout court. Mais la colocation a tout de même ses spécificités.

Au programme:

  • Pourquoi « coloquer » ?
  • Trouver une offre de colocation
  • Les critères
  • Le premier contact
  • L’entretien d’embauche
  • Partir en voyage ensemble
  • Chacun son rôle, mais toi t’es tout seul
  • Le questionnement…
    • Visiter plusieurs endroits dans une courte période
    • Les compromis
  • Choisir…
  • Mon exemple personnel …

D’abord
Pourquoi « coloquer » ?

C’est vrai ça !
En regardant certaines annonces, on trouve déjà des appart’ ou des studios quasiment au même prix (si si, mais bon, faut voir l’appart…).
Alors pourquoi aller vivre avec d’autres gens dans un même lieu ?

Bon, on ne vas pas disserter maintenant du pourquoi de la vie en communauté, mais quand même un peu.
Pour ma part, tout solitaire que je puisse être à travers l’escalade ou le voyage, j’aime bien partager avec les autres. J’ai aussi  apprécié à Lille d’avoir des colocs qui me remontent le moral en rentrant du boulo, par leur simple présence.

Car quand on rentre chez soi, en coloc, on n’est pas tout seul. Ca a ses avantages et ses inconvénients. D’ailleurs je me la pose la question aujourd’hui…
Avoir une chambre dans une colocation sans pièce commune et avec un seul coloc qui n’a pas nécessairement le même âge, ou alors une chambre dans une coloc pleine de jeunes un peu moins classe et bien située ?

Trouver une offre de colocation

Souvent ça se passe sur leboncoin.
On choisit la localité, on tape colocation dans le champ de recherche, et hop on obtient les annonces par ordre chronologique. Il faut tout de même spécifier l’arrondissement, et pas plus de 3 à la fois.

Bim, voilà les dernières offres toutes chaudes, d’il y a quelques minutes parfois. A chacun sa manière de sélectionner, moi je le fais au prix et à la photo.
Pas au dessus de 380€…bon 400€…bon 450€ max !

Ici pas de texte, je laisse tomber, là trop chère, là il faut encore rajouter les charges, d’après les photos c’est tout petit et pas lumineux…et souvent, rien que le ton de l’annonce en dit déjà long.

Les critères

Les critères sont difficiles à définir, et souvent c’est en commençant à visiter et en comparant que l’on se rend compte de ce qui est important pour nous:

  • la taille de la chambre et la taille globale de l’appart
  • la luminosité
  • la propreté du logement et des colocs (respect)
  • la proximité au centre ville (hyper centre, quartier,…)
  • les commodités (commerce, parking,…)
  • Administratif complexe ou non: avec/sans bail (pour APL et responsabilité), demande de garants, Frais d’agence…

Je rajouterai à cette liste quelques prises en comptes personnelles:

  • le fait de pourvoir discuter, rencontrer d’autres personnes, découvrir d’autres univers avec des colocs agréables (ce qui implique un lieu commun et une vie partagée, et aussi accepter de se remettre en question ;)
  • le confort global, l’envie d’y inviter des amis ou d’y passer des journées tranquille

Mais du coup, toi aussi on te filtre.

Certains ne désire que des filles « parce qu’on est déjà 2 filles », ou « pour conserver la mixité », ou alors parce qu’implicitement c’est moins compliqué qu’un mec (souvent pour les chambres chez l’habitant).
D’autres mettront plus l’accent sur le fait que la personne soit salarié ou étudiante… Et quand on est Entrepreneur, Travailleur indépendant, ou carrément inActif (chômeur)…?
L’âge aussi entre en ligne de compte. C’est une dynamique différente selon qu’on soit avec des jeunes de 20 ans qui font la fête pendant leurs études, des jeunes autour de la trentaines qui construisent leur vie, ou des personnes plus âgées qui ont déjà une idée de ce qu’elles veulent et ne souhaitent pas…

Le premier contact

Dans les possibilités de contact, c’est e-mail via la plateforme du site (qui fonctionne très bien) ou affichage du numéro de téléphone (celui ci est masqué et sous forme d’image afin d’éviter une récupération des coordonnées par les robots malveillants). Personnellement pour ce qui est de la recherche d’appartement, je préfère appeler. Il faut être réactif et puis au moins on peut déjà un peu sentir la personne (comme en covoiturage ;)

Quelques photos, une description à l’appuie, et on établit le contact…ou non.

« Bonjour, je vous appelle au sujet de l’annonce sur leboncoin… »

A ce point là c’est déjà ouverture ou fermeture…

1. »Ha oui, mais nous ne cherchons que des filles…désolé »
2. »La chambre est déjà prise, il faut que je retire l’annonce »
3. »Ok. Alors, quand est-ce que tu pourrais venir voir ? Parce que les colocs terminent plutôt le taf vers… »

L’entretien d’embauche

Eh oui, parce que c’est un peu à ça que ça ressemble ;)

Une drôle d’ambiance règne dans l’appart, surtout quand on est face à plusieurs colocs déjà en place. On est dans un espace déjà conquis par d’autres, là pour être jugé apte ou non. Enfin, jugé, « senti » je dirais.

He oui, car tout n’est pas que factuel dans ce genre de moment. Il faut que chacun voit si le courant passe ou non. Alors on visite, on parle des faits, mais en-dessous on essaie de sentir l’autre…

« Alors là ce sont les toilettes, là la salle de bain, cuisine commune ou l’on partage les étagères, mon bureau, et la chambre. C’est Ambroise qui s’en va alors il faudra que je lui demande de … ».

Et puis finalement on discute:

  • D’où tu viens ?
  • ce que tu fais dans la vie
  • tes expériences et ta vision de la colocation
  • Comment vous fonctionnez ?
  • Que font les autres colocs
  • « Toutes charges comprises ? »
  • « Vous sauriez où garer ma moto ? »

Ca prend ou ça prend pas. Mais quand on repart, il est toujours difficile de bien savoir si ça a prit ou pas…

He oui, parce que c’est un moment très particuliers…

Partir en voyage ensemble

Voilà, pour moi c’est un peu comme partir en voyage ensemble. Sauf qu’il va falloir se décider sur une simple entrevue, et qu’on partage un peu moins « complètement notre vie » et en même temps on la partage profondément quand même…
Vous devez bien vous souvenir de toutes les prises de bec avec vos frères/soeurs/parents pour des problématiques assez basiques:

« Nan, c’est ton tour de faire la vaisselle… c’est toi qui n’a pas tiré la chasse? … qui a fini le papier sans le dire ?… »

Alors décider, d’un coup, de partager toutes ces questions fondamentales avec un simple inconnu que l’on a du juger/sentir en environ 30min… bravo!

Par exemple, sur ma première visite.
J’étais le petit nouveau face à deux filles. Assis à table nous discutions comme d’habitude puis, de fil en aiguilles à partir de ma philosophie de vie, nous voilà à aborder la question de la différence entre « volonté » et « envie ».
Et voilà, c’est là qu’on sent si ça pourra passer ou pas…déjà nous n’avons pas les mêmes définitions (ce qui est tout à fait acceptable, mais on a du mal à s’entendre en échangeant là-dessus…).

Je ne dis pas que je souhaite avoir cette discussion tous les soirs mais, quand même… quand ya un truc qui a bloqué, ça veut dire que ça peut bloquer…surtout au niveau des valeurs ou de la philosophie.

Ce qui me rappelle ce que m’avait dit mon père:

« Mais pourquoi voudrais-tu nécessairement être ami avec tes colocataires ? »

Et bien voilà, voilà un critère supplémentaire:
pour partager ma vie avec quelqu’un, j’ai besoin que l’on s’entende bien et que l’on puisse échanger régulièrement ! Ou alors ce n’est pas tout à fait une colocation.

Chacun son rôle, mais toi t’es tout seul

Le terrain de jeu n’est pas tout à fait égalitaire.

  • D’un côté, celui/celle/ceux qui voient défiler des personnes chez eux avec lesquelles ils vont éventuellement futurement partager leur quotidien,
  • De l’autre, un ptit mec ou une petite nana toute seule qui cherche où poser ses bagages pour les temps à venir, souvent dans une ville inconnue, un quartier mal cerné (le temps de se garer), et chez des inconnus qui entre eux ont déjà un passé commun…

Heu… à choisir je préfère être qui ?

Le questionnement…

Je suis en train de changer de lieu de vie, souvent également de ville, donc de manière de fonctionner, d’habitudes, de travail, d’environnement…

Voilà les questionnements qui m’intéressent qui montrent le bout de leur nez…
Nous voilà face à la nouveauté futures, l’appréhension, l’adaptabilité, le lâcher prise, la recherche de confort relatif, et surtout, le compromis !

Visiter plusieurs endroits dans une courte période

Une courte période, car chacun a ses nécessités.
L’un n’a pas envie de passer trop de temps à voir défiler du monde et doit éventuellement payer le loyer, l’autre n’a pas envie de passer tout son temps à chercher et se déplacer aux quatre coins de la ville, tout en regardant les dernières annonces sur internet le soirs et recommençant chaque jour de la semaine à côté de sa profession et de ses éventuelles galères…

Plusieurs endroits pour avoir un peu de recul, prendre de l’objectivité, mettre en parrallèle les différents compromis qu’il va devoir faire.

Les compromis

Souvent, on s’est habitué à sa vie dans son logement précédent, avec son rythme, ses habitudes etc… Alors quand on déménage ou que l’on doit déménager, nous voilà face au changement. Et le changement a cela de particuliers, qu’il nous mets fasse à ce que l’on perd, sans pour autant nous dire bien ce que l’on va y gagner…

Alors tout ce que l’on pourra trouver, va devoir être comparé à ce que l’on a connu jusqu’ici, sans nécessairement bien nous laisser entre-voir ce que l’on pourra y gagner (ou y perdre) mais que l’on n’est pas encore capable d’identifier.

D’où l’idée de pouvoir comparer et d’avoir diverses possibilités, pour mieux identifier ce que chaque chose pourrait nous apporter ou va nous manquer. Voilà le compromis qui montre le bout de son nez…

Le choix parfait n’existe pas !

On rêve tous de l’opportunité parfaite: beau, grand, pas chère, sympa, bien placé… mais non.

Tout logement demandera paiement, et souvent la loi du marché a fait que ce qui n’est pas cher, ne vaut pas grand chose.
Par contre, ok, on peut chercher « le bon compromis ».
Mais comme « bon » est subjectif et que toute subjectivité est relative, nous voilà à nouveau à la mise en comparaison des différentes possibilités qui s’offrent à nous en un temps restreint…

Tada, nous voilà où je me trouve exactement actuellement: face au choix !

Choisir…

Ha la la la la, le choix…

On entends souvent que

« Choisir s’est renoncer »

Oui, ok, mais c’est une vision un peu pessimiste.
Ces derniers temps, j’entends du coup souvent que

« Choisir, c’est se donner la possibilité d’aller plus profondément dans la découverte de quelque chose »

Et ouai. Bon, on ne me la fait pas à moi ;) mais je suis d’accord et du coup suis en train de pousser cet aspect du choix, dans mes choix de vie…notamment via la colocation et la sédentarité relative ;)

Bon alors ce choix…ce meilleur compromis, ce plongeons dans l’imparfait face à nos attentes…. ??? !!!

Mon exemple personnel …

Une grande chambre à 450€ TCC, sans salon, avec 2 colocs un peu plus agés, bien situé, lumineux…? Pour laquelle je dois me décider au plus vite et je peux l’avoir dès que je dis oui.
Une autre chambre à 450€ TCC, grande, lumineuse, mois bien située (relativement à ce que je connais de la ville, mais avec une vie de quartier), avec un grand salon et une vie commune avec des gens de mon âge, mais un peu moins classe, et dans l’attente de leur choix…
Une chambre à 320€ TCC, moyenne, mal située, dans un état moyen, avec des colocs pas très créatifs, et un salon plutôt sombre…
Une petite chambre à 350€, dans un quartier central populaire, avec des gens a priori intéressants, mais qu eje ne pourrais rencontrer qu’après avoir passé l’échéance de la première en liste…mais avec quand même 100€ de différence…

Arg, le choix, le choix, le choix…pour l’instant, je n’ai pas choisi !

Related posts

One thought on “JH, 29 ans, cherche colocation de ses rêves

  1. Anonyme

    Juste un petit com…quand j’ai demandé conseil à un notaire pour l’achat du terrain à Celony et son emplacement, il m’a dit , ce qui est important :
    1 le terrain
    2 le terrain
    3 le terrain…
    Il voulait dire par là que quand on revient tous les jours chez soi, c’est l’endroit où on revient et son environnement qui compte d’abord…
    Je ne sais pas ce que tu en penses pour ce qui t’occupe…mais, personnellement, je l’ai vérifié bien des fois !

Pour commenter sans FB c'est ici ? (laissez votre contact si vous le souhaitez)