Grève des taxis marseillais – Entre légalité et l’égalité

IMG_9623-nicolas-kaplan_Taxi-Marseille_1200
Mon reportage vidéo d’hier soir ;)

« Si UBER existe c’est qu’il y a eu la place pour qu’il existe »

concédait tout à l’heure un des chauffeurs de taxis que j’ai rencontré Place Castellane.

« C’est pas du travail qu’on veut, c’est vivre de notre travail »

continuait un autre.

IMG_9557-nicolas-kaplan_Taxi-Marseille_1200Le motif de leur colère ?

« Il y a une loi, mais le problème c’est qu’ils ne veulent pas mettre les moyens pour la faire appliquer ! »

Les VTC – Véhicule de Transport avec Chauffeur
à ne pas confondre avec Taxi, qui est un véhicule de transport…avec un chauffeur, certes, mais c’est un Taxi !

Alors quel est me problème ? me direz-vous.

Et bien le VTC c’est de la « maraude électronique » et le Taxi, ben lui il est enregistré auprès de la mairie et de l’état en tant que tel.
Les deux sont travailleurs indépendants, mais l’un est réellement Travailleur Indépendant du point de vue de l’URSSAF et à un régime particulier au RSI en tant qu’Artisan Taxi (selon qu’il soit propriétaire du véhicule ou non), l’autre est  Auto-entrepreneur et paye d’autres charges.

IMG_9596-nicolas-kaplan_Taxi-Marseille_1200

Le premier est cadré par une législation spécifique à sa profession depuis des années, l’autre se débrouille un peu comme il veut tant qu’il répond aux obligations du VTC. Une genre de niche non pas fiscale mais de transport:
Un véhicule de plus de 130CV et d’une longueur minimale de 4,3m ou un truc comme ça (désolé j’ai pas le temps d’aller chercher.

Le premier a du acheter sa « plaque » pour environ 120 000€, c’est à dire acheter la licence de taxi pour pouvoir travailler au sein du Numérus Clausus imposé par le préfet (ou la ville ?), l’autre a payé 100€.

IMG_9527-nicolas-kaplan_Taxi-Marseille_1200

L’un a du faire une formation de 4 semaines pour 1500€ et notamment apprendre une bonne partie des rues de la ville par coeur, l’autre a un GPS et rempli (j’ai eu ouïe dire) un QCM.

L’un respecte des horaires, a un genre de boite noire dans sa voiture, et respecte la rotation des décades*, l’autre travaille un peu quand il veut.

* les décades ont été imposées dans les année 1980 par Gaston de Fèvre pour absorber l’arrivée de main d’oeuvre « pied noire ». Les 1200 taxis marseillais sont découpés en 4 groupes de 300 taxis ( 3×4=12 ;). Tous les 4 jours, un groupe est au chômage.

L’un a une assurance spécifique, l’autre je ne sais pas…

L’un est soumis à une législation ancienne et au cadre d’une profession reconnue,et est mis en relation avec son client via une plateforme téléphonique;
l’autre se débrouille tout seul et est mis en relation avec son client par une application Américaine…

IMG_9602-nicolas-kaplan_Taxi-Marseille_1200Plusieurs points donc:

  1. La législation impose d’un côté un numérus clausus qui a amené à la revente des « plaques » à prix exhorbitants
  2. La différence de service: les taxis ont l’amour du métier, les UBERistes n’ont pas cette obligation
  3. Les taxis « font tourner l’économie française » (malgré qu’ils aient des Mercedes), UBER rapatrie 20% du CA en Californie ou autre part

1. Du premier point de vue, ils se font carrément avoir. Le fonctionnement encadré jusqu’ici par les autorités se retrouve partiellement dérégulé et dégénère. Leur investissement dans les « plaques » du fait du Numérus clausus perd toute sa valeur d’un coup !

Ils se font lâcher quoi…

2. Du point de vue du service, personnellement j’ai souvent eu la sensation de me faire prendre pour un con par les taxis qui
– ne savent pas te dire pour combien tu va en avoir pour aller là où tu vas
– t’emmènent par le chemin qu’ils veulent…
– ne te considère pas toujours bien…

J’ai quand même eu des taxis sympa et avec lesquels discuter aussi, mais force est de constater que je ne suis pas utilisateur !

3. J’ai du mal à me positionner là-dessus. Je ne connais pas bien la répartition des charges, le obligations, les taxes.. de la même manière que quand on va au McDo on file des sous aux ‘ricains, quand tu prends un UBER, c’est 20% qui quittent le pays par WiFi !

IMG_9607-nicolas-kaplan_Taxi-Marseille_1200Alors Mr Macron qui apparemment a envie de créer des emplois, a l’air d’y trouver un intérêt, mais eux trouvent qu’il pourrait au moins faire appliquer les lois déjà existante qui les protègent un peu.

Notons que de nombreux pays et villes on déjà légiféré sur la pratique UBER (cf wikipédia)

Alors qu’en penser ?… franchement, à 8h du mat’ après une nuit blanche à interviewer, aller voir Le bouton de Nacre (très beau), rentrer à pied, faire le montage, exporter, rédiger, mettre en ligne, mettre en cohérence entre Youtube, Facebook et Wordpres…
FRANCHEMENT ???

Et bien je suis persuadé que nous sommes dans le virage dont tout le monde parle et que de la même manière qu’on voit poindre les premiers réfugiés climatiques, on voit également les premières victimes de l’effondrement du système actuel !
Car au final, je ne suis pas sur d’être ni pour un numérus clausus et le fonctionnement que l’on a eu jusqu’ici avec les taxis, ni pour une dérégulation totale des marchés laissant la place à tout et n’importe quoi et surtout n’importe quoi.

Car aujourd’hui encore, chacun est prêt à beaucoup pour attirer l’argent de l’autre dans sa poche, et qui dit dérégulation, dit absence d’un cadre éthique, moral, historique, réfléchis, pondéré… la porte ouvert à toutes les fenêtres et justement dans un contexte de COP21 et de respect de « la planète », c’est mal parti.

Pourtant, il est normal que le peuple s’organise et ouvre de nouvelles voies de fonctionnement…avec internet, les applis, toute nos interconnections intangibles…mais on est à un point ou il va falloir assurer une transition la plus respectueuse de chacun possible. Il n’y a donc pas de « bonne solution », sinon la meilleur restera celle qui sera prise !

IMG_9623-nicolas-kaplan_Taxi-Marseille_1200

Résumons:

Frais du Taxi conventionnel sur Marseille:
1500€ de formation + 350€ de taxe d’emplacement + 120 000€ la plaque + 1800€ d’assurance + investissement dans la voiture + RSI + taxes + législation…

Frais du UBER (je connais moins)
100€ d’enregistrement + 20% de frais de mis en relation de UBER + Assurance (spécifique ?) + investissement dans la voiture + taxes de l’Auto Entrepreneur + …

 

Liens vers d’autres articles

Related posts

One thought on “Grève des taxis marseillais – Entre légalité et l’égalité

  1. David Tribal

    Un retour sur mon Facebook:
    « Bonjour merci pour cette présentation de votre part de ce mouvement de grève d’une manière très simple vous nous avez permis d’en expliquer les raisons
    Vraiment merci »
    Ma réponse:
    « Bonsoir A.
    Merci pour votre retour. Vous êtes à un moment charnière de votre profession.
    Aujourd’hui les choses vont bien plus vite que ce que l’on est capable de prévoir. Même si le gouvernement faisait quelque chose contre UBER, la vague reviendra d’une autre manière.

    Je pense qu’il va falloir faire preuve de créativité, non pas pour que le gouvernement vous apprécie, mais que le public vous apprécie !

    S’en suivront d’autres filières, comme on a pu le voir récemment avec GoodYear sur le plan de la délocalisation. Notre système économique remet le système social en question et ça ne va pas s’arrêter tout de suite.

    Les gens deviennent conscients, s’organisent, rejettent certains fonctionnements globaux, mais se laissent aussi avoir par le low-cost. C’est naturel.

    Maintenant, comment y répondre si ce n’est en favorisant l’adhésion des autres par une créativité humaine et altruiste ?

    A bientôt,

    Nicolas »

Pour commenter sans FB c'est ici ? (laissez votre contact si vous le souhaitez)