De loin

IMG_9466_w-nicolas-kaplan_Cannes_1200

IMG_9466_w-nicolas-kaplan_Cannes_1200

Lorsque l’on observe les choses de loin,
on a la sensation qu’elles sont simples.

On peut en définir les contours et ce que l’on aura la sensation d’être « des détails ».
On croirait qu’on peut les saisir, en faire quelque chose, s’en saisir. C’est facile.

Pourtant au moment même où l’on voit cette apparente simplicité au loin, on est soit même quelque part.
Rêvant ce lointain définissable et de tout ce que l’on pourrait y accomplir, du point de vue de ce proche réel.

Mais proche et réel tout a l’air plus compliqué, plus profond, moins facilement définissable ou appréhendable.
On est prit dedans.

Comment d’écrire ce que l’on est au plus profond ? Pourquoi le décrire ?

Pourquoi ne pas juste admirer la simplicité du lointain
en restant ici et en appréciant ce moment d’observation, ce qu’il procure,
ressentant finalement la sensation d’ici en regardant là-bas,
mais étant profondément ici, et maintenant dans la profonde complexité du moment.

Related posts

2 thoughts on “De loin

  1. Anonyme

    Le proche et réel est plus compliqué, on est pris dedans…en même temps c’est un peu l’histoire de l’oeil du photographe qui choisit sa distance…
    pas anonyme…

    1. David Tribal

      Oui ça c’est sur. J’écris en conscience ;)

Pour commenter sans FB c'est ici ? (laissez votre contact si vous le souhaitez)