Work as we know it is DEAD !!! A toi de faire ton Job Out !

travail

Ha ha ha… c’est rassurant.

Voilà mon quatrième post de la journée sur ce blog et je commence à être fatigué, mais bon, il faut que je continue sur le sujet.

Après avoir publié tout à l’heure

diplome-paume_nkAccompagnement de jeunes diplômés dits « paumés »…

qui servait à ouvrir le débat et présenter le texte d’Olivia suite à notre discussion

IMG_2303_1_w_nk-text_1200Trouver sa place dans la société, et à fortiori sur le marché du travail…

voilà que je reviens sur l’article de Matthieu Leventis

Je n’ai pas trouvé ma place dans ce monde du travail et je compte bien la créer

et le mail que nous avons échangé.

Voici donc quelques liens pour qui suit cette thématique du Job Out.

Qu’est-ce que le Job Out ?

Et bien je n’en sait rien, enfin, j’ai découvert le terme il y a peu.

La formulation semble venir de Coming Out qui désignait à la base le fait d’avouer son homosexualité, puis est devenu le fait de divulguer une information jusque là tenue secrète.

Il semble que cela définisse le fait de prendre ses couilles en main, les poser sur le bureau de son patron et lui dire

« C’est décidé j’me barre, je vais élever des poules dans le Larzac ! »

Bon d’accord, peut être pas tout à fait, mais je n’ai pas envie de me farcir tous les articles à ce sujet…
Alors disons que c’est le fait d’accepter de prendre des risques, sortir du confort inconfortable (ou pas), et quitter le salariat pour une activité plus entrepreneuriale.

50%

Ma conseillère à Pôle Emploi cadre me disait il y a quelques temps après qu’on se soit claqué la bise d’un

« Ô David, comment tu vas ? » (accent marseillais)

en plein milieu du hall,
que 50% des chômeurs qu’elle suit, sont en train d’effectuer une reconversion professionnelle !

Comprendre par « reconversion » le fait qu’ils arrêtent le métier de diplômé auquel ils ont été formés et s’en vont ouvrir une boulangerie, une pâtisserie, jardiner…devenir photographe ;)

Ca devient une réalité

Tout d’abord

pour moi, parce que je me suis déclaré photographe/vidéaste il y a 6 mois,

pour un ami à moi, ingénieur ultra-compétent, qui a quitté son boulo en dimensionnement mécanique en sous-traitance pour Airbus Hélicoptères parce que son patron le prenait pour un con, il se retrouve dans sa région d’origine à ne pas trouver « sous quelle forme » ré-investir le marché du travail,

pour ma soeur qui a quitté son poste de seconde d’un des grands dirigeants d’une grosse boite de comm à cause de contraintes psychologiques ahurissantes

pour ma marraine, qui ne souhaite plus travailler dans des entreprises de chantier

Et puis comme mentionné dans mon article précédent, je croise de plus en plus de personnes qui en sont au même stade:

« Mon travail ne me satisfait pas
Je ne sais pas quoi faire après mes études
Ce monde est pourrit
Je vais partir vivre dans un autre pays
Ya plus d’éthique, plus d’humain
Je vais aller m’installer dans une communauté avec des potes
En ce moment je ne fais « rien »

Mes 3 enfants sont partis en tour du monde

etc, etc… »

Et ce entendu de la part de personnes de tous bords depuis mon retour de voyage il y a 2 ans
(mes 2 banquières, des amis, des gens rencontrés dans le train, dans la rue, au bar, des élèves de mes écoles, des diplômés en poste … !!!)

Alors arrêtons de penser que ce ne sont que les aventuriers qui le font, ils sont de plus en plus à quitter le pays, partir voyager, changer de boulo, être diplômé et artiste en même temps…

Tout ces comportements sont nouveaux !

Alors quoi ? Et ben ça s’organise !

Il y a des gens avec des profils similaires qui se rencontrent naturellement dans des bars, dans la rue, dans des confs, qui font parler d’eux, et petit à petit ils s’organisent.

Alors on trouve tout plein d’assos qui se montent pour changer le monde en révolutionnant:

l’éducation (Ecoles Freinet,…), la distribution et la production (localisée) (AMAP,…), la consommation (Recycleries, Café Repair…), le management (intelligence collective, coach…), la collectivité (Cafés associatifs…), le voyage…

Voir la page:

Ces Assos qui font partie du changement

On parle d’inspirer, d’ouvrir, d’être, de collectif, de gratuit, …

Tous ces mots qui s’empreintent aux hippies que l’on arrête de décrier. Ce n’est même plus hyppie d’ailleurs, puisque de plus en plus de personnes le font ;)

Même les plus grandes entreprises en reviennent à l’humain, au développement personnalo-professionnel, à changer leur management, et jusqu’aux motifs des années 60′ reviennent à la mode ;)

motifs années 60

Tout change, et nous, ceux de la génération Y et de la Génération Z, on est en plein dedans, entrepreneurs de nos vies,
et on « emmerde » ceux à qui ça déplait !


Lire aussi…

« WORK AS WE KNOW IT IS DEAD »

 

travail
L’icône de mon dossier « Travail » depuis maintenant au moins 5 ans

Related posts

Pour commenter sans FB c'est ici ? (laissez votre contact si vous le souhaitez)