« L’hyperspécialisation professionnelle nous a enfermé dans des cases minuscules… »

IMG_0541_WB_nk_1500

Il m’arrive de plus en plus de m’apercevoir que je ne suis pas le seul…

Pas le seul à faire des arbres droits aux 4 coins du monde (cf wehandstand),

IMG_0541_WB_nk_1500

pas le seul à travailler tout seul chez moi ou dans les bars (cf Espaces co-working),

IMG_0961 - copie_1200

pas le seul à ne pas souhaiter travailler à la manière dont on me le demande,
pas le seul à avoir fait le pari de me développer comme je le sent, quitte à aller à l’encontre de ce que l’on me demande…

Alors voici un nouvel article qui parle de la Génération Y qui a du étudier pour répondre aux attentes des parents et du marché, mais qui aujourd’hui, à 30ans, se rend compte que ce fonctionnement n’est plus viable…

Vie sociale, hyperspécialisation, performance : autopsie de la génération burn-out

article d’Anne-Laure Fréant sur Medium France

lire aussi

 

Related posts

One thought on “« L’hyperspécialisation professionnelle nous a enfermé dans des cases minuscules… »

  1. Anonyme

    Soit un état de dé-pression…. c’est à dire que devant le trop de pression il y a un burn out, un craquement, un « trop plein » qui tout à coup fait sauter le système et fait retomber par conséquent la pression….et dans cette dé-pression, sans pression, sans la pression qu’il y avait avant, qui obligeait un certain fonctionnement antérieur, il y a alors la possibilité de porter son attention sur ce qui se passe et, en allant chercher du soutien, en prenant conscience, orienter les choses autrement en repartant du début…la dé/pression n’est pas toujours négative si l’on n’en a pas peur, si l’on cherche du soutien, si on ne s’isole pas, et qu’on la considère comme une opportunité et non pas un échec…

Pour commenter sans FB c'est ici ? (laissez votre contact si vous le souhaitez)