‘Liker’ une page … c’est faire exister !

Capture d’écran 2017-02-16 à 20.28.00

Aujourd’hui je score à 500 likes sur ma page pro de photographe sur Facebook.
C’est pas mal, c’est cool, mais ce n’est pas grand chose…
Et plutôt que de faire comme tout le monde à dire

« Wouhou, c’est super, Merci, merci, merci…et ramenez vos amis »
(ce qui est tout à fait plus vendeur je l’avoue)

Et bien je vais juste vous en parler ;)

Loin de moi la dynamique pessimiste. J’essaie juste de transmettre une idée…

La part d’Internet

Internet nous permet aujourd’hui de communément partager des contenus sans qu’ils ne soient sponsorisés (c’est à dire sans qu’en contre partie ils ne promeuvent une Marque à grand renfort de stratagème marketing).
Mr/Mme (et même Mlle) tout le monde va pouvoir apprécier ce contenu, ce qu’il lui a apporté. Comprenons bien qu’il n’y a pas eu génération spontanée, ce contenu a été généré par quelqu’un !

Il y a quelqu’un derrière tout contenu…et donc des intérêts

Je me suis assez longtemps demandé pourquoi tout le monde incite les gens qui lisent son article ou voient sa vidéo à

« Allez liker ma page, et puis à bientôt ! (mais allez liker ma page hein…) »

Il y a plusieurs années, j’ai compris que les mots qui apparaissent sur mon écran ont forcément été tapés au moins une fois par quelqu’un. Même si l’information numérique peut-être recopiées sans effort, il a bien fallu que quelqu’un la crée à un moment donné.

Ce soir, c’est moi qui tape ces lettres unes à unes. Et pourquoi les taper ? Pourquoi prendre de mon temps pour lier mes idées, en faire des mots et tenter de les partager ?

Les intérêts de chacun

Si je vous parle de cela, c’est certainement que c’est mon intérêt. Cela m’intéresse d’y réfléchir, et c’est même une pensée formulée naturellement en moi. Je me dis qu’elle a peut-être également un intérêt pour quelqu’un d’autre, alors je prends le temps de la partager. Et quand on a compris que la seule chose qu’on ait réellement dans la vie, c’est « son temps de vie », on peut se demander pourquoi il me semble important de  partager cela… c’est un autre débat. Si j’écris aujourd’hui, c’est sans justification bien consciente, et avec confiance en moi. Je pense que cette compréhension à une certaine importance.

Mais si vous me lisez, c’est bien que cela vous intrigue, vous intéresse, vous triture les pensées… sinon arrêtez hein, je ne vous force pas.

L’Interaction, le Mouvement et le Nouveau

Comme principe fondamental dans la vie, il y a l’interaction.
Un cailloux auquel je souris, ne m’en rendra rien (sauf pour les moines peut-être ?)
Un être humain aura, lui, une réaction.
Vous me direz qu’une plante ne réagira pas… mais elle évoluera quand même en fonction de ses conditions de vie.
Un être qui ne bouge pas (ne donne pas signe de vie)…on aura tendance à le considérer comme mort.

De la même manière, une chose avec laquelle on n’aura aucune interaction, ou qui ne fera rien réagir en nous, n’aura probablement aucun intérêt. Il en va de même pour un site internet.
Voilà pourquoi, d’après moi on s’évertue à « faire vivre » nos pages. L’état d’une vitrine internet, que ce soit sur Facebook ou sur un site perso, doit être en corrélation avec une actualité qui lui correspond, et originale si possible, ou au moins bien faite.

On a besoin d’interaction, de mouvement, de nouveau … ou d’intéressant (mais c’est déjà sous-entendu dans les 3 mots précédents).
Notre intérêt s’applique à nous faire découvrir ou réaliser du nouveau.

Et votre intérêt ?

Ha ha, c’est là que je vous attrape !

Si vous me lisez, que vous portez de l’intérêt à ce que je fais, je gagne en pouvoir d’influence. C’est dit un peu rapidement là, mais c’est pourtant réel. Tout ce à quoi vous passez du temps va vous influencer et prendre une place dans votre être. Si si !

Du coup, au plus j’ai de ‘like’, au plus j’ai d’influence, et au plus… j’ai de pouvoir.
Je vais même pouvoir gagner de l’argent sur youtube si on regarde beaucoup mes vidéos, et mêmes vous faire de la pub insidieusement pour mes propres produits…

Bon, vous me direz, il faut bien que vous ayez un intérêt pour quelque chose, mais soyez en conscient.

L’information va plus vite

L’information va plus vite. De la lettre, on est passé au mail, de l’appel au texto, et enfin à la messagerie instantanée…et au ‘like’ !

Du coup, notre interaction avec un contenu que l’on rencontre, alors qu’elle passait auparavant surtout par des « commentaires » en bas d’articles sur des blogs, ou encore un mail ‘chronophage’ envoyé à l’auteur (ou rien); cette interaction a pris la forme de ‘like‘, de ‘réactions ;)‘ ou de ‘commentaires’ en bas de postes, de vidéos, etc…

« J’aime ce que tu fais »

Ton ‘like’ me dit que tu as vu ce que je fais, et que tu l’apprécie !
Dans un univers où nous courons tous après « la confiance en soi’, le ‘like’ est un réconfort. Un petit réconfort. Un pas grand chose, mais un semblant de message qui dit

« Tiens, ce que tu passes ton temps à faire a un intérêt pour moi »

Un petit intérêt, celui qui m’a fait lever l’index ou le pouce pour cliquer, mais il signifie aussi que tu sera présent dans ‘mon actualité’.

On pourra dire qu’il nourrit l’EGO…mais il est notamment une sorte d’encouragement.

Phénomène social et approbation

Un peu comme quand on demande à un ami qui organise une soirée

« Ouai, ouai, et ya qui qui vient…? »

ou encore que l’on va aller dans un bar bondé de monde, ou s’approcher d’un groupe qui a l’air de regarder quelque chose…

…on va avoir tendance à porter une importance relative au nombre de « like » d’un contenu.

« Si de nombreuses personnes l’ont aimé, cela peut avoir un intérêt pour moi aussi, et je n’ai pas envie d’être le seul qui n’est pas au courant. » se dira-t-on.

On pourra aussi se dire dans l’autre sens, qu’il est une opportunité pour moi de garder un contact unilatéral avec l’entité ‘likée’.

Le ‘like’ est un vote

Internet est à portée du plus grand nombre aujourd’hui. Pas besoin de connaitre quelqu’un qui… ni d’avoir une influence particulière, une bonne idée peut faire le tour du monde en très peu de temps à coups de ‘like’ et de ‘share’.

Le ‘like’ contribue donc à faire exister quelque chose. Et là c’est un vrai choix. Ou en tout cas parmi un plus grand nombre d’options et pour une grande entreprise comme pour un particuliers. De l’horizontalité.

Du bruit !

Attention cependant à la saturation d’information et aux liens sponsorisés qui polluent et rajoute du ‘bruit’ à l’information qui nous intéresse réellement. Une petite affichette au milieu d’un mur recouvert de grandes affiches colorées et toutes similaires, aura du mal à se faire remarquer.

Ce phénomène a amené au « buzz » (faire le) et à la capacité à faire preuve d’originalité pour se faire voir. Encore une fois cela à fait l’objet de récupération commerciales…

Un moindre don

On m’a souvent dit:

« J’aime beaucoup ce que tu fais, par contre il n’y a rien que je puisse t’acheter, qu’est-ce que je pourrais faire pour toi ? »

J’ai souvent répondu de manière un peu désintéressée:

« Et bien déjà essaye de faire du bien autour de toi et de garder en tête la conversation qu’on a eu, et puis si un jour tu as besoin d’un photographe pense à moi »

Mais ce « pense à moi » ne veut plus dire grand chose à l’époque de google et de la saturation en information.

(essaye de) Conserver une information en tête

Si je vivais dans un petit village reculé, et que je rencontrai un bon boulanger, alors je le garderai en tête et me rendrai chez lui lorsque j’aurai besoin de pain.

Aujourd’hui, même moi qui y suis sensible, si j’ai rencontré quelqu’un qui a un intérêt particuliers, j’aurai certainement égaré sa carte, son nom, son contact, au moment ou j’en aurai besoin, ou alors je ne ferai pas le lien et irai taper sur Google « une requête ».

C’est moche, mais véridique…

Like ma page Facebook

Ainsi, si j’y pense, je devrais dire

« Va liker ma page sur facebook, comme ça on reste en contact, je fais partie de ton actualité, et je peux montrer aux inconnus que je suis suivi par un grand nombre de personnes pour qu’ils aient plus facilement confiance en moi ».

Ha ben merde, c’est exactement ce que fais tout le monde et que je décriais au début…

Pourtant j’ai essayé de faire autrement. J’ai essayé d’appliquer cette idée

« Si quelque chose à un intérêt pour moi, alors il peut contribuer à ma survie et mon bonheur, et du coup je m’en rappellerai. »

Et bien comme je vous l’ai dit, ça fonctionne aussi peu pour moi que pour les autres. Moi qui aurai aimé que les gens qui trouvent un intérêt à mon travail ‘likent’ d’eux-même ma page pour garder contact, et bien ça n’a pas été le cas.

Dans un premier temps je n’ai donc pas partagé beaucoup de contenu de ma page pro sur ma page perso, ni invité mes amis à ‘liker’ ma page. Je me suis contenté de faire des photographies, les poster, et taguer ou encore en aviser les personnes qui y figuraient. Savez-vous ce qu’il s’est passé ?

Certaines personnes ont naturellement utilisé ces photographies pour leur photo de profil, sans même m’en notifier, ‘liker/commenter la photo’, ou ‘liker ma page’.

De même, on ne se rend pas forcément compte que ‘liker une photographie ou un album’, n’est pas ‘liker une page’. Facebook me propose donc d’inviter toutes les personnes qui ont eu une interaction avec mon contenu, à ‘Liker ma page’.

Me nourrir

Au sens figuré, je vous dirais qu’une moindre nourriture est de voir que ce que je fais, à un intérêt, c’est à dire sert à quelque chose. J’apprécierai donc que des personnes aiment mon travail et l’utilisent, mais au moins s’ils ont une considération pour moi. Cela pourra se matérialiser par un rapport humain, une reconnaissance, un sourire, voire un merci, une citation… et pourquoi pas un ‘vote/like’ ?

Au mieux on aura même envie de me donner de l’argent pour mon travail, c’est à dire me permettre de sustenter à mes besoins de vie afin que je puisse continuer de faire ce que je fais. Un encouragement quoi .

Bien des artistes s’y sont cassé les dents ou coupé l’oreille

Par contre, une fois une connaissance a utilisé pour son profil une photographie que j’avais prise , s’en interaction avec moi. On s’est revu quelque jours plus tard, et si j’ai eu droit à un bonjour c’était déjà ça…mais aucune réaction quant à la photo. Je vous avouerai que même si je peux comprendre que parfois on n’ait pas tout en tête, et bien avec cette goutte d’eau dans mon vase, je ne me suis pas senti nourri.

Alors que je prône le désintéressement et le lâcher prise, je me retrouve à me rendre compte que dans cette société j’ai du mal à nourrir mon âme, et même parfois mon corps…mais c’est un autre débat.

Je pense juste que globalement on a une perte de repères et que l’on ne discerne plus trop ce qui vient de la main/amour de l’Homme, ou d’une grande entreprise. On ne sait plus trop à quoi se fier, que penser, où donner de la tête, on a perdu une certaines sensibilité à nous…mais encore une fois c’est un autre débat.

Alors pour en revenir à nos moutons,

Aujourd’hui j’ai 500 LIKEs.

Cela signifie que plus-de-personnes-que-je-ne-suis-capable-d’en-considérer-en-même-temps suivent ‘mon actualité’ et peuvent la partager avec leur entourage s’ils y trouvent un intérêt.
Si l’on considère que l’on est effectivement (comme il se dit), à 6 contacts de n’importe quelle personne sur cette planète (voire même 3,57), alors c’est un vrai pouvoir. Mais encore faut-il être vu et marquer l’attention !

Marquer l’attention

Tous les stratagèmes sont bons !!! Surtout utiliser de l’inconscient et des faiblesse psychologiques:
Une femme sexy, plein d’amis, la fête, de bons moments, la puissance et la gloire notamment… j’en passe et des meilleurs. Mais comme je l’ai dit, l’heure de notre génération est au buzz, à l’originalité, au « non déjà vu » !

Mais c’est encore une manière d’attirer l’attention à soi. On peut donc considérer que cela empiète un peu sur votre espace vital, votre air, votre « liberté de penser ». Quoique, le buzz est ce qui reste de plus sympa à mon goût, mais lorsqu’il est sincère. Et on voit souvent la différence entre un buzz volontaire (d’une marque) et un buzz involontaire (d’un mec qui s’est lâché).

Le pire, c’est le marketing des médias, qui donne de l’extra-ordinaire, du sang, du spectacle tout le temps.

Pour terminer, demandez-vous surtout quel est votre intérêt, où se porte votre attention, et combien de temps vous prend ce qui est hors de vous, en comparaison au temps que vous pouvez passer à construire vos projets personnels, avec votre famille, à prendre vos propres risques, à faire vos propres découvertes, à prendre soin de vous et de votre entourage, à vous sentir un peu plus vivre quoi.

A bon entendeur,

je vais me relire, mettre des titres de paragraphes,

et vous dire salut !


 

Lien

Related posts

Pour commenter sans FB c'est ici ? (laissez votre contact si vous le souhaitez)