Je n’ai pas de titre

Je n’ai pas de titre

Essai d’écriture libre, mais c’est pas si facile…

Je ne sais pas par où commencer…
Il y a tellement de choses à dire et tout est tellement inter-lié.
Je pourrais en fait débuter de n’importe où pour y revenir en ayant entre temps fait le tour de l’univers et de ses diverses lois, de sa philosophie, de sa psychologie, des ses mathématiques, de sa physique, sa sociologie etc…

Enfin l’univers s’en contre-fout de tous ces champs d’études que nous avons construit pour mieux nous y retrouver entre nous. L’univers lui, n’a donné que la vie et la laisse courir. Il n’a pas dit qu’il fallait s’y intéresser, ni même pousser des investigations tentant de le comprendre en y mettant des mots et des principes.

Des principes que l’on cherche à vérifier et qui une fois validés essaient de s’appliquer à d’autres choses, pour toujours mieux les comprendre, les cerner. Mais pourquoi vouloir cerner les choses si ce n’est par peur qu’elles ne sortent librement de ce cadre ?

Si je ne les cerne pas, elles ne sont pas à ma volonté… c’est un peu comme un troupeau ?
Si je ne mets pas mes brebis dans un enclos, elles vont pouvoir aller librement aux lois de la vie ?
Non seulement je ne pourrais pas avoir recours à l’une d’entre elle comme bon me chante, ou le temps de la retrouver, mais en plus elle risque de se mettre en danger.

Enfin j’avoue si la brebis vivait d’elle même, grand bien lui fit d’évoluer librement à ses risques et périls. Mais si c’est moi qui pourvois aux besoins de cette brebis, j’y investis déjà mon énergie et n’ai pas envie de la perdre trop facilement. Alors en contre partie je vais la contraindre à rester dans le cadre du carré d’herbe dont j’ai décidé.

Ai-je pour autant le droit de profiter de cette brebis comme bon me semble, voire de lui ôter la vie ? Ha ça ce serait déjà considérer la brebis comme un être et lui accorder des droits… Quoi qu’il en soit en France elle ne peut pas être abattue hors d’un abattoir. Est-ce que c’est mieux d’aller dans un abattoir quand on sait maintenant que plein d’être humains dysfonctionnent. Pauvre brebis, une sacrée vie d’animal…

Et nous ?

Nous qui sommes libres et égaux en droits et tarlitati palapapa… Nous qui poussons chaque jour pour que demain, enfin demain soit un jour heureux. Nous qui ne savons plus où donner de la tête face au divers abus de ceux qui devraient être nos égaux…Nous qui ne décidons en fait plus grand chose dans l’évolution des choses.

Nos élites pensent à eux, ils ont été éduqué ainsi, alors a nous de penser à nous. A Nous ? ou à chacun de moi ? moi. Si chacun pense à lui, on en revient au même, au chacun pour soi. Si chacun pense à tout le monde, ou est la limite du monde ? Comment prendre en compte tout le Monde ? Mon niveau de conscience, et mon temps, ont déjà du mal à me permettre d’appeler régulièrement mes amis et de les prendre en compte. Local. Think local, Act global ? Si je m’inscris sereinement localement, tout ira bien en plus grand ?

 

 

Related posts

Pour commenter sans FB c'est ici ? (laissez votre contact si vous le souhaitez)