Dans la vie il y a deux choses qui me font b…

Photographie ne correspondant pas à l'événement mentionné dans cet article

La photographie ne correspond pas à l’événement mentionné dans cet article.
Crédit photo: © nicolas kaplan

J’étais il y a quelques soirs à une réunion d’information sur une agence immobilière. En discutant avec l’un des « Chefs de Projet en Immobilier », celui-ci me dit:

« Tu sais, comme je le dis souvent,
dans la vie, il y a deux choses qui me font bander:
ma femme, et l’argent ! »

On a continué de discuter et ce jeune homme m’informe que:

« Avant j’étais dans le commerce.
J’aurais dû être un requin, mais j’y arrive pas.
Je suis trop empathique. J’aime bien aider les gens. »

Je crois qu’il a trouvé un bon compromis. Il aide certains de ses clients sans leur faire payer, tout en sachant très bien que ceux-ci seront content de ses services et le recommanderont. Du bouche-à-oreille quoi. La meilleur publicité qui soit puisqu’elle est basée sur la confiance et l’empathie.

Du naturel au calculé en passant par le geste commercial, il n’y a qu’un pas à chaque fois. Comme entre le relationnel et le réseau. De toute manière il parait qu’au fond on ne fait rien gratuitement, que le don pur n’existe pas. Tout serait un calcul plus ou moins conscient.

Pour ma part je préfère cultiver mon inconscience, et le relationnel plutôt que le réseau.
J’ai la sensation que de l’autre à l’un il y a une nécessité d’utilité, une attente de rendement.
Au contraire j’ai envie de croire que l’on peut juste cultiver le plaisir de se relationner avec des personnes avec lesquelles le courant passe, naturellement. Et que les liens continueront de se faire, naturellement…

Après, à chacun de se placer selon ses valeurs. La question est plus profonde que cela, mais je ne vais pas continuer là.

Pour avoir discuté avec ce jeune homme, je ne sais pas au fond si la vision de se qui lui plait est aussi simpliste que ça. Si ce sont réellement ses deux valeurs fondamentales… Il avait l’air plutôt bon je crois. Ce qui fait qu’il serait certainement enclin à respecter des valeurs humaines avant son appât du gain. Mais allez savoir où est la limite de chacun ?

Comme on me le remet souvent à l’esprit lorsque je dis que je ne gagne pas réellement ma vie..:

« T’as des enfants ? […] Tu comprendra quand tu auras des enfants.
Ca change tout. Après le but ultime c’est pas toi, c’est eux ! »

On pourra arrêter cette courte réflexion sur cette question:

« Jusqu’où est-il bon d’aller pour mettre ses enfants  l’abri ? »

Je ne prétendrai pas y répondre aujourd’hui…

 

Related posts

Pour commenter sans FB c'est ici ? (laissez votre contact si vous le souhaitez)