Quel temps fera-t-il demain?

Au Barbecue dimanche dernier, le feu a tenu sous l'averse. De quoi faire sécher les buchent qui avaient prit l'eau dans la brouette

…pendant un bon moment j’ai arrêté de me poser cette question.

Mes affaires à sécher sur le toit d'un Hostel à Sucre, Bolivia, 2012
Mes affaires à sécher sur le toit d’un Hostel à Sucre, Bolivia, 2012, Crédit Photo: nicolas kaplan

Depuis mon retour de long voyage en Amérique du Sud, j’ai continué de fonctionner comme durant ce voyage:

j’avance et ferai avec ce que la vie me donne.

D’un point de vue philosophique et donc au moins du point de vue de la météo. Cela peut paraitre opportuniste, mais d’un point de vue météo, c’est inhabituel.
La plupart des gens est intéressé par le temps qu’il fera demain…pour prévoir et pouvoir agir en fonction. En voyage, j’ai aimé me prêter au jeu de ne pas savoir à l’avance, de ne pas me projeter, et d’essayer d’être présent, en transformant toute situation pour en tirer le meilleur. Mais ce n’est pas le sujet de cet article.

Le temps qu’il fera demain, je ne m’en souciais pas. D’une part en voyage, parce que je n’avais pas un accès régulier à la télévision, ni internet, ni la radio, d’autre part ici parce que je n’avais pas de grandes obligations me forçant à vérifier la météo. Je me suis désengagé de beaucoup de choses.
En effet le fait de connaitre la météo à l’avance a une visée d’efficacité. Je souhaite savoir pour me projeter, prévoir, agir en conséquence et optimiser. Si je n’ai pas une visée d’optimisation, je peux m’accommoder en adaptation.

Avec mon ami Flo, on testait l'aviron, en Novembre 2013 sur le Lac d'Annecy
Avec mon ami Flo, on testait l’aviron, en Novembre 2013 sur le Lac d’Annecy, Crédit Photo: nicolas kaplan

Mais d’autre part, je n’avais pas à me soucier du climat parce qu’il n’était pas très variant, ou en tout cas que j’avais une idée personnelle de sa variation: je suis revenu habiter dans le Sud Est, là ou j’ai grandi et passé la majorité de ma vie. J’ai donc un ressenti global et une connaissance implicite des évolutions climatiques en fonction des saisons et des mois. J’ai comme un « bon sens » me permettant de savoir ce qui est « normal » (habituel) et comment cela peut évoluer.

Mais ces derniers temps, j’avoue, peut-être ma période de voyage, peut-être les quelques années passées à barouder, ou peut-être autre chose, j’ai du mal à savoir à quoi m’en tenir. Alors que l’année dernière l’hiver m’avait paru froid, ce dernier m’a paru clément au début. Mais il est tombé énormément de neige en station…et point particuliers, il pouvait pleuvoir le lendemain jusqu’à tout fondre, puis neiger à nouveau de la belle pof !…
Ca m’a semblé tout de même inhabituel…

(Oui, tout cet article est subjectif. Je n’ai pas encore envie d’aller chercher des chiffres pour gagner en objectivité, ça prend du temps et ce n’est pas mon propos, libre)

Ben, de @sweetvanlife, sur le haut de la Route des Crêtes entre Cassis et La Ciotat, 20/04/2018
Ben, de @sweetvanlife, sur le haut de la Route des Crêtes entre Cassis et La Ciotat, 20/04/2018, Crédit Photo: nicolas kaplan

Enfin, vers Avril, il a fait super beau. 2 semaines. 2 semaines d’Eté !
Il faisait beau, chaud, et tout le monde a cru que c’était enfin la fin de l’hiver ! Les gens disaient

« Allez, ça y est, c’est parti, c’est l’Eté maintenant »

en ayant l’air de réellement penser que ça allait rester.. au beau ! J’avais pensé aller faire un micro-trottoir pour questionner sur ce qu’ils pensaient de ce beau/chaud soudain.

Mais au bout d’environ 2 semaines, on est retombé à du froid. Ca a duré à nouveau, nous faisant presque oublié qu’il avait fait vraiment beau durant 2 semaines. Ca dépend peut-être de qui avait déjà sorti ses affaires d’été…effectivement j’avais rangé la veste que j’ai du ressortir…

…mais aujourd’hui, 1 mois et demi plus tard, je ne me rappelle déjà plus comment cela s’est enchainé. De la même manière que je ne me rappelle pas exactement si la température actuelle et saisonnale est « normale » (habituelle à cette période). Je ne sais plus comment c’était l’année dernière à la même date! Je ne me rappelle pas exactement, mais ça me semble bizarre. Et je ne regarde plus la météo à la télé, ni sur internet, ce qui me donnerait des éléments de comparaison objectifs. J’ai mes éléments de comparaison personnels: les barbecue et soirées au bord de l’eau entre potes !

Il me semble qu’à cette période de fin des cours, durant ce mois (mai) de ponts et de bazar organisationnel, il fait beau habituellement. Depuis fin avril on part sans veste à l’école et surtout sans se poser de questions sur la météo, on la sent le matin.

En mai, fais ce qu’il te plait !

…nous as transmis efficacement notre culture commune.

Marchage sur les rails/mains, la tête à l'envers... on marche sur la tête ? Hauts de l'Estaque, Marseille, 1er Avril 2018
Marchage sur les rails/mains, la tête à l’envers… on marche sur la tête ?
Hauts de l’Estaque, Marseille, 1er Avril 2018 (ah oui, c’est moi ;) , Crédit Photo: nicolas kaplan

Tandis que ces derniers jours, après au moins une grosse semaine de pluie, on peut se lever avec un beau temps et se prendre une averse dans l’après-midi.

En ayant voyagé, j’ai déjà fait l’expérience de ce genre de temps. Notamment à Melbourne où on te préviens qu’il peut y avoir 4 saisons en une journée. On avait fait l’expérience avec ma soeur à Noël 2008 (hémisphère sud power ;). En une journée on a eu le temps d’avoir chaud, puis froid, puis frais, puis de la pluie, à la manière de 4 saisons. Ok, soit, ça arrive, mais pas chez nous à Marseille !

Suite à ces derniers jours d'intempéries, le Festival Boulegan réagit
Suite à ces derniers jours d’intempéries, le Festival Boulegan réagit

Ces averses sont tellement inhabituelles et devenues régulières que je me sens un peu autre part; comme si je voyageais dans un autre pays. Le fait que le temps change, change aussi les habitudes et les comportements.
L’autre soir où je me rendais à un rendez-vous vers 19h, il faisait beau cette fois-ci. J’avais une sensation et me suis fait la réflexion:

°°Marseille est redevenue elle-même, c’est une ville qui est faite pour vivre avec du beau temps.°°

Les odeurs avait changées, et la manières des gens d’occuper l’espace public aussi. Il régnait cette ambiance que je connais profondément, à laquelle je suis habitué. Et c’était agréable.
Une jeune fille était assise sur le rebord de sa fenêtre au 1er étage en train de lire et de boire une bière. C’était un immeuble de coin de rues, mais un coin plus petit que 90°, ce qui donnait une petite portion de façade orientée nord sur laquelle se projetait une ombre de ligne d’immeuble avec une lumière de fin de journée. La chose était poétique et belle. Alors j’ai fait une photo avec mon smartphone, n’ayant pas mon réflex sous la main.
Puis je suis allé sous la fenêtre lui partager mon point de vue. Elle m’a donné son numéro pour que je lui envoies la photo.

La demoiselle à sa fenêtre, à retrouver sur mon instagram @nicolaskaplanphotographe
La demoiselle à sa fenêtre, à retrouver sur mon instagram @nicolaskaplanphotographe

Aujourd’hui, j’ai commencé mon écrit sous une averse de pluie battante. Au même endroit, assis devant mon bureau 1h plus tard, il fait grand beau, et déjà trop chaud !

Le ‘F’ bleu et ses notifications m’ont rappelé ce que je n’avais pas du tout en tête: c’est l’anniversaire d’Itzi!
Elle est psychologue aux pays Basques Espagnol. Alors au téléphone je partageais avec elle ma pensé sur la variation du temps:

°°Je ne saurai pas dire si c’est directement une conséquence des « changements climatiques », mais en tout cas c’est un changement d’habitudes. Cela fait un repère de plus qui bouge. En effet aujourd’hui de plus en plus de repères changent dans notre société. °°

On revoit les genres pour être plus compréhensifs de certains phénomènes réels en société.
La religion laisse de plus en plus place à l’athéisme,
Internet et la mondialisation ont modifié notre rapport à la consommation:
LaPoste s’est vu remplacée par les mails, les magasins sont sur internet, les promos peuvent être faites à tout moment et plus uniquement en Juillet et Janvier,
L’imposition ne se fera plus en différé mais à la source,
L’Uberisation transforme notre rapport au travail et les CDI se font rares,
Les Burn-Out explosent, des cadres se suicident, et d’autres deviennent boulangers,
Les Etudiants de grandes écoles deviennent des micro-entrepreneurs après des Tours du monde,
On tombe malade gravement à cause d’habitudes alimentaires jusqu’ici habituelles,
Des milliers de « personnes en déplacement géographique long terme » (« migrants ») frappent à la porte,
Les président se font la Guerre en Tweet,…

Je n’ai pas tous mes exemples de changement de repères sous la main pour cet article, mais c’est déjà pas mal. Toutes ces choses étaient jusqu’ici assez stables, avec des fonctionnements connus et qui n’étaient plus à réfléchir.

Légumes du marché, 1er Février 2017
Légumes du marché, 1er Février 2017, Crédit Photo: nicolas kaplan

Maintenant je dois faire attention à ce que j’achète à cause des pesticides et autres antibiotiques:
j’ai des images de poulets blancs écrasés par leur congénères en têtes quand je choisis des oeufs, je réduis ma consommation de viandes, je ne bois plus que peu de lait de vache, j’achète tant que faire se peut mes légumes à l’Epicerie paysanne qui joue le rôle de « tiers de confiance » , je trie mes déchets au mieux même si j’ai en tête des entreprises qui produisent des tonnes sans le faire, j’ai des images de centre de tri et de la meilleur manière de conditionner mes bouteilles plastiques pour le faciliter,

à cause de l’obsolescence programmée, je passe des heures à étudier les différentes imprimantes pour au final n’en acheter aucune, j’ai un aspirateur sans fil garanti 3ans qui est déjà reparti au SAV et à encore le même problème de batterie vide, tout en sachant que ses constituants chimiques sont difficiles à recycler et proviennent de l’autre bout du monde, je fais quoi, je perds du temps à le renvoyer ou je le jette et tant pis pour les déchets et mes 50€ d’investissement initial ?

« Avant » on construisait durable, on avait un SAV qui parle français, on pensait pouvoir avoir confiance aux agriculteurs… mais eux-même se sont fait voler leur bon sens paysan par l’obligation de rendement fixé par le prix de revente au grandes centrales d’achat qui sont de plus en plus nombreuses vu que nous, d’autre part, on n’a plus le temps d’aller dans les petits magasins qui vendent un peu plus cher parce qu’ils achètent de moins grandes quantités… la boucle est bouclée et le cercle est vicieux.

En attendant, même si je ne suis pas certains qu’il y ait moins de poissons lorsque je vais me baigner, je sais que je vois plus de bouts de plastiques qui flottent, que de nageoires.

Je suis écrasé par tous ces constats, et même la météo, en mon sens, a changé.

Petit plaisir de nage marseillais au Vallon des Auffes, 2016

En discutant ce week-end, autant avec mes amis qu’avec mon père, et même en rentrant dans une quincaillerie tout à l’heure, je sais que je ne suis pas le seul à être forcé par les choses à me demander

QUEL TEMPS FERA-T-IL DEMAIN ?

« Oui on peut se voir Mercredi à 17h30. On avise suivant la météo (j’aurais jamais dit ça en temps normal) ;) »
Texto envoyé à une amie.

Il est vrai qu’à Marseille, on n’a pas l’habitude de présenter les choses comme ça. Depuis mon passage d’1 an à Lille, je garde en tête la formulation:

A Lille on ne se demande pas quel temps il fera demain, on sait qu’il y a de grandes chances qu’il pleuve, même si la météo a prévu du beau temps.
A Marseille, on ne se demande pas quel temps il fera demain, on sait qu’il y a de grandes chances qu’il fasse beau, même si la météo a prévu de la pluie.

Ce week end on déconnais un peu la dessus. Alors que la météo de l’I-phone nous annonçait que l’on était sous la pluie, il faisait grand beau. Plus tard, l’averse nous a surpris en pleines préparation de BBQ:

Au Barbecue dimanche dernier, le feu a tenu sous l'averse. De quoi faire sécher les buchent qui avaient prit l'eau dans la brouette
Au Barbecue dimanche dernier, le feu a tenu sous l’averse. De quoi faire sécher les buches qui avaient prit l’eau dans la brouette. Crédit Photo: nicolas kaplan

Article rédigé en 3h !

Related posts

Pour commenter sans FB c'est ici ? (laissez votre contact si vous le souhaitez)